•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pornographie juvénile : les dirigeants de Pornhub appelés à s'expliquer

Le président-directeur général de MindGeek, Feras Antoon, devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique du Parlement du Canada.

Le président-directeur général de MindGeek, Feras Antoon, a défendu son entreprise devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique du Parlement du Canada.

Photo : Radio-Canada

Devant un comité fédéral, vendredi, les dirigeants montréalais de MindGeek, qui possèdent le site Pornhub, ont défendu leur entreprise au sujet des allégations de contenu illicite sur leurs plateformes. Ils ont néanmoins reconnu que leurs mécanismes de protection ne sont « pas parfaits ».

C’est la première fois que le président-directeur général de MindGeek au Canada, Feras Antoon, et le directeur des opérations de l'entreprise, David Tassillo, apparaissaient devant public.

Pendant deux heures, ils ont tenté de convaincre les membres du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique que leur organisation a une politique de tolérance zéro à l'égard du matériel non consensuel ou de l'exploitation sexuelle d'enfants.

Mais leur témoignage a parfois suscité l’exaspération des députés qui y siègent.

Combien de fois en 2020 des personnes ont demandé le retrait d’une vidéo parce qu’elles n’avaient pas consenti à ce qu’elle soit diffusée? a demandé le député ontarien Nathaniel Erskine-Smith.

Je n’ai pas le nombre en tête, a répondu Feras Antoon.

Au minimum, vous auriez dû vous préparer à cette question, a rétorqué le parlementaire, lui rappelant qu’il s’agissait d’une audience publique.

Nous sommes désolés si cela [notre site web] a eu des impacts sur des victimes. Mais nous pouvons vous dire que nous sommes fiers d’avoir bâti un produit qui attire 170 millions de personnes chaque jour. Quatre millions sont des Canadiens, dont 30 % de femmes. S’ils voyaient des choses aussi odieuses, ne pensez-vous pas qu’ils appelleraient la police?

Une citation de :Feras Antoon, PDG de MindGeek

Les deux dirigeants ont également indiqué ne pas avoir suffisamment d’information au sujet d’une victime ayant témoigné devant le comité lundi. La vie de Serena Fleites a été bouleversée après la publication d'une vidéo d'elle sur le site Pornhub alors qu'elle n'avait que 14 ans.

Mme Fleites a déclaré que Pornhub avait mis plus d'une semaine pour répondre à sa demande afin que la vidéo soit retirée de la plateforme, et des semaines de plus pour la supprimer. Il était trop tard : la vidéo avait été téléchargée partout dans le monde.

Mme Fleites, maintenant âgée de 19 ans, avait également pris la parole dans une enquête du New York Times parue en décembre dernier qui levait le voile sur la présence de contenu illicite dans Pornhub. La plateforme avait tout nié.

Avec les informations que nous avons aujourd’hui, nous ne pouvons rien trouver, a affirmé M. Antoon aux députés, vendredi. Il assure en revanche que son cœur est brisé quand il voit ces histoires.

Des mécanismes de protection améliorés

MindGeek reconnaît que, malgré ses efforts de modération, il se peut qu'il y ait des contenus qui enfreignent ses conditions d'utilisation sur ses plateformes. Près de 10 millions de dollars auraient été investis pour lutter contre le contenu illégal l’année dernière.

Selon son directeur des opérations, les modérateurs de Pornhub regardent chacune des vidéos mises en ligne, mais parfois sans le son. En cas de doute, ces vidéos sont retirées, affirme-t-il.

En 2020, lorsque du contenu douteux était rapporté par un utilisateur, une analyse aurait eu lieu en moins de six heures. Un système permettrait aussi de bloquer le téléchargement d’une vidéo ayant été supprimée par le passé.

Le directeur des opérations de MindGeek, David Tassillo, devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique du Parlement du Canada.

Le directeur des opérations de MindGeek, David Tassillo, devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique du Parlement du Canada

Photo : Radio-Canada

Je comprends votre frustration, a dit David Tassillo, mais c’est un problème plus grand que notre site web. C’est un problème d’Internet, où les gens utilisent les plateformes à mauvais escient. Nous tentons de créer un environnement sécuritaire pour les contenus pour adultes.

Des gestes posés avant que le scandale éclate

MM. Antoon et Tassillo se sont défendus d’avoir agi seulement après les annonces des émetteurs de cartes de crédit en expliquant qu’un resserrement des protocoles de sécurité a été instauré au cours des deux dernières années.

Après les révélations de décembre, Mastercard et Visa ont déclenché des enquêtes sur la présence de contenu illégal sur Pornhub et ont empêché que leurs cartes de crédit soient utilisées sur le site.

Ce n'est qu'après que Pornhub a indiqué avoir désactivé l'accès au contenu provenant de comptes d'utilisateurs non vérifiés. Seuls les studios professionnels et les utilisateurs dont l'identité a été vérifiée peuvent maintenant téléverser du contenu pornographique.

Un chiffre d’affaires secret

MindGeek, qui génère ses revenus grâce aux abonnements et au placement publicitaire, nie que du contenu problématique ait pu être rentable. Le matériel sexuel et la maltraitance des enfants nous font perdre de l’argent, insiste Feras Antoon. Quand vous voyez ce genre de matériel, cela ruine la marque que nous tentons de bâtir depuis une décennie.

À ceux qui voudraient voir la fermeture de Pornhub, David Tassillo fait valoir que ce serait une situation horrible pour ses utilisateurs sur toute la planète.

Nous sommes le site web qui met des processus et de la modération en place. Notre disparition ne changera pas la demande pour le produit. Nous sommes l’endroit le plus sécuritaire présentement pour consommer du contenu pour adultes.

Une citation de :David Tassillo, directeur des opérations de MindGeek

Parmi les 1800 employés de MindGeek, 1000 travaillent dans ses installations montréalaises.

L'entreprise, qui a son siège social au Luxembourg, est détenue à plus de 50 % par Bernard Bergemar, un Européen. Antoon Feras et David Tassillo sont actionnaires minoritaires. Ils ont refusé de dévoiler leur rémunération ainsi que le chiffre d’affaires de MindGeek.

Un rapport attendu

Le comité de l'éthique mène une étude sur la protection de la vie privée et la réputation sur les plateformes comme Pornhub. Il compte présenter un rapport avec des recommandations au Parlement canadien.

Les chefs des partis d'opposition ont sommé le gouvernement fédéral de ne pas attendre ce rapport pour agir.

Les libéraux fédéraux promettent de déposer bientôt un projet de loi pour forcer les plateformes numériques à éliminer tout contenu illégal, y compris les discours haineux, l'exploitation sexuelle de mineurs et le contenu violent ou extrémiste.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !