•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 500 opérations réalisées au privé depuis juin au Québec

Du personnel médical pratiquant en bloc opératoire.

Le recours aux cliniques privées pour pallier une partie du délestage n'est pas près de s'arrêter.

Photo : Radio-Canada / Archives

Le recours aux cliniques privées par le gouvernement du Québec pour réduire la liste des 140 000 interventions chirurgicales en attente ira en s’accentuant au cours des prochains mois.

En entrevue au Téléjournal de Radio-Canada mercredi, le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, expliquait que le recours au secteur privé faisait partie des solutions pour contenir les listes d’attente des interventions chirurgicales.

On a, depuis à peu près six mois, signé une vingtaine d'ententes. Aujourd'hui, dans la région de Montréal, j'aurais encore plus de délestage, de l'ordre d'à peu près 10 %, si je n'avais pas les ententes avec les cliniques privées.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

Or, Radio-Canada a appris que 20 500 opérations chirurgicales ont été réalisées depuis le mois de juin grâce aux ententes signées avec des cliniques médicales spécialisées (CMS).

Selon des données obtenues du MSSS, n'eût été le recours au secteur privé, une région comme Laval afficherait un niveau de délestage de 76 % au lieu de 31 % actuellement*.

Même son de cloche en Montérégie, où le MSSS vient de signer deux ententes de plus de 18 millions de dollars pour des opérations de l’œil et des chirurgies d’un jour.

Selon une compilation de Radio-Canada, le total de ces contrats dépasse les 100 millions de dollars.

On va signer encore plus d'ententes avec le privé pour être capable d'en faire encore plus.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec
Il donne une conférence de presse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Au CISSS des Laurentides, on espère réduire le délestage à moins de 40 % au cours des prochaines semaines.

Nous avons fait appel aux services d’une clinique médicale spécialisée depuis septembre dernier, explique Myriam Sabourin, adjointe à la présidente-directrice générale au CISSS des Laurentides. Environ 500 patients ont pu y être opérés.

Mme Sabourin ajoute qu’une deuxième entente semblable a été conclue cette semaine.

Dans la région de Lanaudière, le CISSS n’affiche aucune entente avec le secteur privé en dépit d'un niveau de délestage de 56 %.

Pour la médecin Isabelle Leblanc, présidente de Médecins québécois pour le régime public, le recours au privé doit faire l’objet d’un débat public.

Elle donne une entrevue.

Isabelle Leblanc est médecin de famille à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Oui, dans l'immédiat, en temps de pandémie avec du délestage, je pense qu'il faut utiliser tous les moyens possibles et imaginables pour que tous les patients qui ont besoin de soins en aient, affirme-t-elle.

Mais je pense qu'on peut questionner le moyen qui a été choisi de donner des contrats de sous-traitance à des organisations à but lucratif pour donner des soins à des patients qu'on devrait pouvoir traiter dans le système public, poursuit-elle.

Louer sept blocs opératoires

Dans l’est de Montréal, le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal s’apprête à signer un contrat de près de 30 millions de dollars pour la location de blocs opératoires.

Il est sur un chantier de construction.

Mathieu Huot, directeur du développement Huotco Immobilier

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

L'appel d'offres qui a été lancé et la proposition qu'on a déposée, c'est pour sept salles, soit six salles en ophtalmologie et une salle en chirurgie d'un jour, explique Mathieu Huot, directeur du développement Huotco Immobilier.

Le bail de 10 ans prévoit une option de renouvellement de cinq ans. Des espaces pour 50 soignants et 10 médecins sont prévus.

Un bâtiment en construction

Un complexe immobilier dans lequel seront offerts divers services de santé.

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Selon nos informations, l'ensemble des salles d’opération du pavillon Rosemont de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont y sera déménagé.

Il faut dire que ce pavillon figure dans la liste des bâtiments hospitaliers les plus vétustes du Québec.

En octobre 2020, la présence d’une chauve-souris dans une salle d’opération avait forcé la fermeture prolongée des quatre autres salles du bâtiment.

Le bâtiment en chantier dans le quartier Angus va également héberger le GMF Angus, des cliniques de chirurgie esthétique et maxillo-faciale, une pharmacie et un CPE.

Le chantier vu de l'intérieur.

Le chantier du complexe immobilier vu de l'intérieur.

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

On est un développeur médical, affirme Mathieu Huot. On a des cliniques entre autres à Laval avec des blocs opératoires également, où il y a de l'ophtalmo qui se fait. À Gatineau, on débute la construction bientôt.

Si tout se passe comme prévu, l’aménagement sera terminé ces prochains mois.

Un délai nettement inférieur au processus décisionnel du Conseil du Trésor lié aux travaux d’infrastructure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !