•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune sanction contre les propriétaires du Manoir Liverpool

69d6d1941cc241f3b20d41163e417a24

Manoir Liverpool en été

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Les propriétaires du Manoir Liverpool ne feront face à aucune sanction, malgré une situation qualifiée « d’inacceptable » par la ministre responsable des Aînés alors qu’ils ont manqué à leurs obligations d’offrir des soins et des services de qualité aux résidents.

Les propriétaires, Claude Talbot et Manon Belleau, seront forcés de vendre le Manoir Liverpool, sous peine de voir leur accréditation retirée par le CISSS de Chaudière-Appalaches. Toutefois, ils pourront conserver ces accréditations et les contrats pour leurs deux autres résidences privées pour aînés de la région : la Villa Bellevue et la Villa des Etchemins. Claude Talbot possède aussi le Pavillon Bellevue à Lévis, un CHSLD privé conventionné.

Nous, on n'est pas dans les sanctions, explique Patrick Simard, président-directeur adjoint du CISSS de Chaudière-Appalaches. Ce n'est pas notre rôle de s'assurer que les propriétaires n'ouvrent pas d'autres résidences. Notre rôle, c'est de s'assurer que, dans toutes les résidences qui sont accréditées, la qualité des soins et des services soit là.

Malgré les importantes lacunes observées au Manoir Liverpool, le CISSS certifie, après vérifications, que les soins prodigués dans les autres résidences gérées par Claude Talbot et Manon Belleau sont adéquats.

Je peux vous assurer que, s’il y avait des éléments de la même nature qui avaient été portés à notre connaissance ou qu'on avait découverts dans le cadre de ça [...] les mêmes orientations, les mêmes décisions auraient été prises.

Dans le cas du Manoir Liverpool, le CISSS de Chaudière-Appalaches explique qu’il a opté pour un ultimatum et la vente rapide du Manoir Liverpool plutôt qu’un retrait des accréditations afin d’éviter un déménagement pénible aux résidents. C'est pas l'angle sur lequel on a pris notre décision, à savoir comment punir les exploitants. L'angle sur lequel on a pris notre décision c'est : qu'est-ce qui est le mieux pour nos résidents?

Pour faire en sorte que les soins offerts répondent désormais aux normes, un gestionnaire du CISSS sera dépêché dans l’établissement jusqu’à ce qu’il soit vendu.

Leçons à tirer

Le PDG adjoint du CISSS de Chaudière-Appalaches admet qu’il existe des lacunes dans les mécanismes de surveillance des résidences privées pour aînés qui n’ont pas permis de détecter suffisamment rapidement les problèmes sur le plan de l’hygiène, de l’alimentation et de la distribution de médicaments aux résidents.

Dans ce cas-ci, c’est une enquête de Radio-Canada qui a déclenché l’enquête du CISSS avec les résultats qu’on connaît aujourd’hui.

Il y a des leçons qu'on doit tirer de ça, puis il y a des choses qu'on doit améliorer dans tout notre système de résidences privées.

Une citation de :Patrick Simard, PDG adjoint du CISSS de Chaudière-Appalaches

Le CISSS cherchera notamment comment être davantage en contact et en relation avec les résidents et les familles dans ses processus d’accréditation.

Manque de responsabilisation

Le président du conseil des malades, Paul Brunet, dénonce un manque de responsabilisation dans les dossiers où des patients souffrent en raison de services inadéquats. C'est comme si les résidents puis leur famille, c'était comme des objets en périphérie de la business. Qui va indemniser les familles qui ont vécu des drames à cet endroit-là?

Il dresse une comparaison avec les entreprises du domaine de la finance, qui doivent montrer patte blanche auprès de l’Association des marchés financiers. Paul Brunet propose depuis longtemps l'idée d'une loi sur les soins et services minimums pour faire en sorte qu'on bloque dès le départ tous ceux qui s'improviseraient ou qui prétendraient avoir ce que ça prend pour opérer ces lieux-là.

La ministre des Aînés, Marguerite Blais, a décliné notre demande d’entrevue, préférant réserver ses commentaires à la publication du rapport d’enquête sur le Manoir Liverpool prévue le 5 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !