•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un citoyen de Saint-Félix-d'Otis dénonce des travaux réalisés par le maire pour sa fille

Une station de pompage l'hiver.

La station de pompage où le raccordement s'est fait.

Photo : Gilles Munger

Radio-Canada

Un résident de Saint-Félix-d'Otis demande au gouvernement du Québec d'intervenir dans la gestion de la municipalité. Carol Potvin estime que le maire, Pierre Deslauriers, s'est placé en conflit d'intérêts et a enfreint plusieurs règles environnementales lorsqu'il a branché lui-même la résidence de sa fille au réseau d'aqueduc et d'égouts de la municipalité.

Le citoyen explique que le 26 novembre dernier, le maire a utilisé son excavatrice personnelle pour creuser une tranchée et brancher les conduites d'eau potable et d'eaux usées de la résidence de sa fille au système municipal.

Carol Potvin affirme qu'il a porté plainte au ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). Selon lui, le raccordement des deux systèmes est illégal parce qu'il a été fait directement dans la station de pompage des égouts de la municipalité plutôt que sur le réseau municipal situé de l'autre côté de la rue principale.

Ils ont creusé sur le site ici [station de pompage] où il y a les égouts et l'eau potable. Pour jouer sur un site comme ça, ça prend au moins un ingénieur, des professionnels pour gérer le tout, a déploré le citoyen.

Carol Potvin a ajouté qu'il a aussi dénoncé la situation auprès du ministère des Affaires municipales et de l'Habitation (MAMH) parce qu'il pense que le maire se serait placé en conflit d'intérêts. Si ça avait été quelqu'un d'autre que sa fille, elle se serait connectée en haut comme tout le monde. Il a affirmé aussi que pour éviter des coûts, la municipalité aurait pu recommander l'installation d'un puits artésien et d'un champ d'épuration.

Dans les règles de l'art

De son côté, le maire Pierre Deslauriers a préféré ne pas accorder d'entrevue enregistrée. Il a indiqué toutefois qu'il a fait lui-même ces travaux en compagnie d'un employé municipal, dans les règles de l'art, et qu'il voulait faire économiser des sommes aux contribuables.

La municipalité a aussi répondu par écrit à M. Potvin. Dans cette lettre, la directrice générale de Saint-Félix-d'Otis, Hélène Gagnon, a dit avoir respecté la résolution adoptée par la municipalité le 4 mai 2020.

Lorsque celle-ci avait été adoptée, le maire avait déclaré qu'il s'agissait de travaux pour sa fille. Elle visait le raccordement en aqueduc et égouts. Je vais devoir faire une déclaration d'intérêts. C'est ma fille qui veut se construire. Donc, c'est pour alimenter sa future propriété, avait alors dit Pierre Deslauriers, comme il est possible de voir dans l'enregistrement de la séance disponible sur la page Facebook de la municipalité. La résolution lue par le maire avait été immédiatement proposée et appuyée par deux conseillers.

Le branchement au réseau d'aqueduc a été fait sur le terrain de la municipalité, sans frais pour cette dernière, puisque monsieur Deslauriers l'a fait à sa charge, faisant ainsi un don à la municipalité, est-il inscrit dans la lettre de la municipalité de Saint-Félix-d'Otis destinée à Carol Potvin.

Mme Gagnon a ajouté que c'est l'opérateur de l'aqueduc et des eaux usées de la municipalité, Carl Brisson, qui a donné les consignes de raccordement au maire Deslauriers parce que l'endroit où le raccordement sur la rue Principale pose déjà une problématique d'accumulation de sédiment et qu'il en aurait coûté 10 000 $ à la municipalité de refaire l'asphalte dans le secteur.

Selon cette lettre, c'est aussi l'employé municipal qui aurait recommandé de connecter la conduite d'eau potable de la résidence dans l'alimentation de la station de pompage des eaux située juste à côté.

D'après un reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !