•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Saint-Valentin pas comme les autres

Une femme dans une chocolaterie.

À l'approche de la St-Valentin, Brianna Marks commence son quart de travail à 3 heures du matin pour finir à 17 heures.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

À quelques jours du 14 février, le chocolat coule à flots à la chocolaterie de Brianna Marks, à Timmins. Malgré la fermeture de sa boutique en raison de l'état d’urgence en Ontario, le téléphone ne dérougit pas.

L'entrepreneure de 24 ans prévient que les retardataires ne pourront pas faire comme par le passé en achetant une boîte de chocolat dans le présentoir.

Cette année, les hommes doivent être bien plus organisés, blague-t-elle, alors qu’en raison du confinement, Just Beecause Chocolates accepte seulement les commandes sur Facebook et par téléphone.

Cette année, la chocolatière sait donc exactement ce que ses clients désirent et en quelle quantité.

Une femme dessine des fleurs.

Brianna dessine des roses qui orneront les bonbons aux chocolats.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Sa spécialité pour la fête de l'amour : des fraises enrobées dans le chocolat.

Cette année parce que c’est seulement par commande, je sais exactement combien de fraises commander en avance de notre épicerie locale, relate celle qui a peaufiné son art en étudiant aux États-Unis, au Costa Rica, en France et en Italie avant de revenir s'établir dans sa ville natale.

Alors que bon nombre d’entreprises à Timmins ont dû cesser leurs opérations pour une période indéterminée, Robyn Bellemare, la sœur de Brianna, voit beaucoup de soutien de la communauté pour la chocolaterie familiale.

On voit beaucoup du monde, ils veulent garder [ouvertes] que des places uniques comme celle de Brianna, nous raconte Robyn, qui salue au passage l'esprit créatif de sa sœur cadette.

Deux femmes posent en cuisine avec des biscuits.

Robyn Bellemare épaule sa soeur cadette à la chocolaterie.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

C’est important de se renouveler, ajoute Brianna. Il faut être très créatif pendant la pandémie. Durant le premier confinement, on a commencé à faire des kits pour décorer des biscuits ou des cupcakes. Les parents voulaient garder leurs enfants [occupés].

Ce produit a connu un énorme succès aux dires des deux sœurs. Elles ont reçu des photos de plusieurs parents heureux de partager la création de leur enfant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !