•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion au Foyer Maples : une perte brutale d’employés et un manque d’urgence en cause

Le foyer de soins de longue durée avec le lettrage indiquant Maples Personal Care Home. Il est possible de voir une dame avec un masque, une camionnette et une civière.

Une civière transporte un résident du foyer de soins de longue durée Maples le samedi 7 novembre 2020.

Photo : CBC / Walther Bernal

Un examen indépendant a déterminé qu’une perte abrupte d’employés et un manque d’urgence ont contribué à l’éclosion meurtrière au foyer de soins Maples, qui a fait 56 victimes.

Des ambulances ont été appelées d’urgence au foyer de soins en novembre alors que des résidents mouraient dans leurs lits. La province a demandé à une ancienne sous-ministre de la Santé en Colombie-Britannique, la Dre Lynn Stevenson, d’effectuer un examen des événements.

Dans son rapport de 74 pages, pour lequel elle dit avoir interrogé plus de 150 personnes, dont des résidents et des employés, elle écrit que des plans en ce qui concerne la pandémie étaient en place dans le foyer.

Cependant, l’établissement n’était pas préparé pour la perte d’employés abrupte et importante dans un intervalle très bref, lorsque de nombreux employés ont été forcés de s’isoler, après avoir été exposés à la COVID-19.

De plus, l’urgence de la pénurie soudaine d’employés n’a pas été communiquée adéquatement, indique la Dre Stevenson, ajoutant que les lacunes de communication concernent plusieurs groupes décisionnels, de l’entreprise privée qui gère le foyer, Revera, à l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW).

Son rapport contient 17 recommandations pour Revera, l’ORSW et la province. Elle recommande, entre autres, des stratégies pour assurer qu’il y ait suffisamment de personnel pour gérer une éclosion dans un foyer de soins, même dans une situation de perte soudaine d’employés.

La ministre de la Santé du Manitoba, Heather Stefanson, indique que la province va créer une équipe pour s'assurer que toutes les recommandations sont mises en œuvre. Cette équipe doit présenter un plan dans 30 jours et fournir des mises à jour sur ses progrès tous les 90 jours.

Personnel sans qualifications

Si les gestionnaires du foyer de Revera ont fait des efforts importants pour recruter des employés lorsque l’éclosion était déclarée, certains des employés n’avaient pas les compétences nécessaires.

Ces ouvriers non qualifiés n’avaient pas les compétences pour soigner les résidents. Les gestionnaires de soins des résidents devaient les soutenir, mais lorsqu’ils sont tombés malades, ce n’était pas une stratégie viable, indique le rapport.

Les employés ont participé à l’accompagnement de résidents, géré l'inventaire d’équipement de protection individuelle, et assuré la nutrition et l’hydratation de certains résidents, entre autres.

L'enseigne extérieure du complexe.

Le foyer de soins personnels pour aînés Maples de Winnipeg est géré par Revera.

Photo : Radio-Canada / Lyzaville Sale

Dans le cadre d’une pandémie, même les concierges ont besoin de compétences spécialisées, afin de nettoyer adéquatement les surfaces, note Lynn Stevenson.

Revera doit maintenant rebâtir un lien de confiance avec les familles des résidents, qui ont largement dénoncé la communication irrégulière de la part du foyer, ainsi qu’avec les employés qui ont été durement éprouvés par l’éclosion, dit le rapport.

J’ai entendu clairement, de la part de beaucoup de familles, que leur confiance [en ce qui concerne le foyer] Maples avait été sapée, poursuit la Dre Stevenson.

Huit morts en 48 heures

Lorsque les ambulances sont arrivées au foyer Maples le soir du 6 septembre, deux résidents recevant des soins de fin de vie étaient déjà morts, dont l’un était atteint de la COVID-19. Trois résidents ont été hospitalisés, dont l’un en état critique.

Le lendemain, les autorités sanitaires ont indiqué que huit personnes étaient mortes en 48 heures au foyer de soins.

Deux ambulanciers arrivent à l'entrée du foyer de soins Maples à Winnipeg.

Les ambulanciers arrivent au foyer de soins de longue durée Maples le samedi 6 novembre. La nuit précédente, quatre ambulances ont été appelées pour aider une douzaine de résidents. Trois d'entre eux ont été emmenés à l'hôpital et deux sont morts.

Photo : Walther Bernal/CBC

Une équipe d’intervention composée d’ambulanciers paramédicaux et d’employés de la Croix-Rouge canadienne a par la suite été envoyée en renfort.

Quelques jours après la situation de crise initiale, l’ORSW a déclaré publiquement que Revera avait fourni des chiffres concernant le personnel qui travaillait le soir du 6 novembre qui étaient loin d'être exacts.

L’entreprise avait déclaré que le foyer de soins était quasiment entièrement doté de personnel. Plus tard, il a été dévoilé que seuls 7 des 19 aides-soignants qui devaient travailler ce soir-là étaient présents après 19 h 30.

Malgré l’examen qu’elle a mené, la Dre Stevenson ignorait que Revera avait fourni des chiffres inexacts.

Au terme de l’éclosion le 12 janvier, 56 personnes étaient mortes de la COVID-19 et 157 résidents avaient été infectés, ainsi que 74 employés.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !