•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réservations à la CTMA : un achalandage record, mais « une journée difficile »

Un traversier avec la porte avant ouverte

Plus de 8000 réservations ont été enregistrées mardi sur le site web de la CTMA en vue de la période estivale 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

La Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) admet que le lancement des réservations estivales pour le traversier entre Souris et Cap-aux-Meules a été « très difficile ». Depuis mardi, de nombreux clients ont eu des problèmes avec le nouveau système de réservation en ligne.

La CTMA explique les ratés de son nouveau système de réservation par un achalandage record : près de 8000 réservations ont été effectuées mardi seulement, soit un nombre presque dix fois supérieur au sommet de 900 réservations quotidiennes enregistrées auparavant.

En moyenne, on devait gérer 7000 utilisateurs qui patientaient au même moment, on a vu des chiffres allant jusqu’à 15 000 personnes en même temps.

Une citation de :Claudia Delaney, directrice des communications et du marketing à la CTMA

On a eu des problèmes très importants au niveau du contrôle de l’achalandage, admet la directrice des communications et du marketing à la CTMA, Claudia Delaney. On sait que les gens ont dû s’armer de patience.

Mme Delaney explique que la salle d'attente virtuelle qui devait servir de rempart pour éviter l'engorgement sur le site de réservations a connu des ratés.

Dès le départ, pour des raisons techniques qu’on ignore, les gens ont été capables de passer par-dessus de notre rempart, affirme la porte-parole de la coopérative. Ça a vraiment créé des bogues parce qu’il y avait trop de monde en même temps sur le site, le système n’arrivait pas à fournir à la demande et causait des messages d’erreurs.

Une femme utilise un téléphone devant un clavier d'ordinateur portable.

La CTMA rapporte que plusieurs personnes tentaient d'accéder au site de réservation à l'aide de plusieurs appareils en simultané, ce qui a contribué à la «pression extrême mise sur le système web» (archives).

Photo : Getty Images / vorDa

Mardi après-midi, la CTMA a réajusté les paramètres de son système informatique pour mieux contrôler l’achalandage, mais des problèmes subsistent à l'étape du paiement.

Il y a beaucoup de clients qui n’arrivent pas à conclure leur transaction financière, soit qu’elle est refusée ou qu’elle est incomplète, explique Claudia Delaney.

La CTMA tente toujours d'élucider le problème avec son fournisseur externe, Moneris. Mme Delaney indique que les clients ayant subi ce problème ont été contactés par courriel et que leur réservation est honorée malgré la transaction incomplète.

Des traversées qui affichent complet

Déjà, des traversées à bord du traversier affichent complet durant l'été, mais la CTMA soutient que certaines places pourraient se libérer, car des voyageurs ont effectué de multiples réservations en raison des problèmes techniques.

On a même vu un client faire 40 réservations, mentionne Claudia Delaney. Le calendrier n’est pas représentatif de l’achalandage réel en ce moment. Donc, il va y avoir des places qui vont se libérer une fois qu’on aura fait le ménage dans tout ça.

Alors que de nombreux Madelinots se sont inquiétés sur les réseaux sociaux de ne pas avoir de place sur le traversier pour rentrer ou sortir de l'archipel, la CTMA n’exclut pas d’ajouter des traversées de nuit au besoin.

Les Madelinots seront informés rapidement, et même à l’avance, s'il y a des voyages de nuit qui s’ajoutent, donc ça va créer une marge de manœuvre, soutient la directrice des communications de la coopérative.

Une file de voiture devant un bateau.

Des milliers de voyageurs ont déjà réservé leur place à bord du traversier qui relie Souris à Cap-aux-Meules en vue de l'été (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une saison touristique sans limite de visiteurs, pour l’instant

L’engouement entourant le lancement des réservations estivales laisse entrevoir une saison touristique achalandée, ce qui réjouit le nouveau président de Tourisme Îles de la Madeleine, Jacky Poirier.

Ça démontre que les gens souhaitent toujours voyager aux Îles-de-la-Madeleine et que ceux qui avaient l’habitude d’aller en Floride, en Europe ou ailleurs, décident de venir aux Îles, croit M. Poirier. Il y a beaucoup, beaucoup de demandes de réservation dans les hébergements aussi.

La propriétaire d’un camping m’a dit qu’elle avait déjà reçu plus de réservations qu’en 2019.

Une citation de :Jacky Poirier, président de Tourisme Îles de la Madeleine
Les falaises de Havre-aux-Maisons

Tourisme Îles de la Madeleine aimerait recevoir autant de visiteurs qu'en 2019, soit près de 70 000 entre mai et octobre (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Contrairement à l’an dernier, aucune limite de visiteurs n’est en place à l’heure actuelle pour contrôler le nombre de touristes qui se rendront dans l’archipel madelinot cet été, bien que la pandémie ne soit pas terminée.

Il n’y a pas de limite qui est imposée pour le moment, mentionne Jacky Poirier. On vise l’achalandage de 2019, qui est de près de 70 000 visiteurs entre mai et octobre, sans toutefois le dépasser.

M. Poirier est conscient du fait que tout peut changer d’ici la belle saison, en fonction de la situation épidémiologique.

On a des discussions avec le CISSS des Îles et la santé publique, indique-t-il. On n’a pas de certitudes pour l’instant, on peut juste visualiser et voir ce qu’on peut projeter, mais ça peut toujours changer, c’est certain qu’on peut avoir une 3e vague ou des nouveaux variants qui peuvent changer la donne.

L’Association touristique régionale n’a fait aucune publicité pour mousser la prochaine saison estivale. On n’en a pas besoin, lance M. Poirier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !