•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget « optimiste », mais « non-viable » aux Territoires du Nord-Ouest

Chargement de l’image

Comme en 2020, la ministre des Finances des Territoires du Nord-Ouest Caroline Wawzonek dit déposer son budget avec un « optimisme prudent ».

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Chargement de l’image

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a déposé un budget excédentaire de plus de 2 milliards de dollars qui prévoit une hausse des revenus et des dépenses pour l’année fiscale 2021-2020.

L’avenir financier du territoire reste toutefois précaire. Aux incertitudes liées au vieillissement de la population, à la maturité des mines de diamants et au manque d’une diversification de l’économie s’est ajoutée au cours de la dernière année une crise sanitaire et économique sans précédent.

Le gouvernement n’y va pas de main morte : son plan fiscal actuel n’est pas viable. Des actions immédiates sont requises pour assurer que la prochaine Assemblée législative aura une capacité d'emprunt suffisante.

Un budget excédentaire

Le budget prévoit des revenus de 2,19 milliards de dollars pour un excédent dans les dépenses d’exploitation de 68,6 millions de dollars.

Un apport accru du fédéral permettra de compenser la diminution des recettes territoriales et générera une augmentation de son revenu d'environ 0,8 %.

Les dépenses augmenteront d’environ 117 millions de dollars afin, entre autres, d’amortir les coûts du Secrétariat de coordination pour la COVID-19 et de permettre une augmentation des budgets de la plupart des ministères.

Pour la ministre des Finances, Caroline Wawzonek, ce budget sans coupures ou augmentation des taxes et des impôts, maintient la stabilité économique du territoire dans un temps de pandémie.

Elle ne cache tout de même pas qu’il faudra apporter des changements structurels majeurs au cours des prochaines années.

Chargement de l’image

L'industrie minière du territoire à souffert de la fermeture temporaire de la mine Ekati cette année.

Photo : Dominion Diamond Corporation

Le budget prévoit une baisse de son revenu interne d’un peu plus de 40 millions de dollars en raison de la pandémie. Le gouvernement estime que l'activité économique a diminué d'environ 6,6 % en 2020.

La dette à long terme du territoire devrait augmenter d’un peu moins de 300 millions de dollars cette année. Une augmentation qui risque de répéter jusqu’en 2023-2024. Si la tendance se poursuit, le territoire pourrait défoncer sa limite d’emprunt de 1,8 milliard de dollars imposée par le gouvernement fédéral.

Une situation non viable

Malgré l’incertitude fiscale, la ministre Caroline Wawzonek a expliqué qu’il était important d’éviter les coupures ou une augmentation des taxes afin de continuer de soutenir les résidents et les entreprises des Territoires du Nord-Ouest en ces temps difficiles.

On est encore dans le milieu d’une pandémie, explique la ministre. Ce n’est pas le temps pour le gouvernement de faire des coupures. De mon avis, ça ne donnerait pas le sens de sécurité que les gens veulent.

Mais doit-on s’attendre à des coupures dans les prochaines années?

La ministre espère que les dépenses déjà annoncées en infrastructures et qu’une aide additionnelle du gouvernement fédéral pourra permettre au territoire de garder un semblant de stabilité pour l’année prochaine au moins.

Chargement de l’image

Les députés à l'Assemblée législative des T.N.-O.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

C’est notre plan à court terme, mais, comme nous l’avons vu l’année dernière, les choses peuvent changer rapidement en 12 mois, dit-elle. Si nous faisons attention et que nous gardons l’approche que nous avons, je crois que nous pourrons rester dans cette même position l’année prochaine.

À plus long terme, la ministre préconise une revue des dépenses de chaque ministère dans son projet de renouvellement du gouvernement .

Cela ne mènera pas nécessairement à des coupures, assure-t-elle en ajoutant que le but est de travailler par priorité en faisant bon usage du temps et des ressources.

Notre objectif est d’aider les ministères à établir leur budget en fonction de la valeur apportée à la réalisation des priorités du gouvernement, et non la croissance progressive de leurs budgets , explique-t-elle.

De nouvelles dépenses

Parmi les nouvelles dépenses du gouvernement, un peu plus de 63,8 millions de dollars iront aux programmes sociaux et aux bien-être des communautés. 

De ce montant, un peu moins de 7 millions de dollars serviront à accroître la capacité des Services à l’enfance, souvent critiqués au territoire.

Par ailleurs, le nouveau secrétariat de coordination pour répondre à la COVID-19 recevra 35 millions de dollars pour continuer de mettre en œuvre les arrêtés de santé publique du territoire.

Chargement de l’image

Tous les gens qui entrent au territoire doivent rencontrer un agent de la santé publique à leur arrivée à l'aéroport de Yellowknife.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Et pour les francophones?

Les établissements d'enseignement et le Collège nordique francophone recevront 711 000 $ supplémentaires afin de soutenir l’enseignement et de permettre la prestation de formation de langue française.

Cet argent supplémentaire sera distribué grâce à une augmentation des fonds offerts par l’entente avec Ottawa sur l’enseignement en milieu minoritaire qui passe de 2,5 millions l’an dernier à environ 3,3 millions en 2021-2022.

Chargement de l’image

Des élèves dans une classe de l'école Allain St-Cyr à Yellowknife.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

En conférence de presse, un journaliste a signalé que la revitalisation des langues autochtones, l’une des priorités de la 19e Assemblée législative, n’avait reçu que 600 000 $, moins que la francophonie.

À cette comparaison, la ministre a rappelé que l’argent des francophones provient du fédéral et qu’il faut faire attention en comparant ces montants. 

Je ne crois pas qu’on peut comparer de dollar à dollar, explique-t-elle. La question importante sera de regarder la performance [des programmes de langues autochtones] à la fin de l’année.  

Deux nouveaux financements de 58 000 $ découlant de l’argent de Patrimoine canadien permettront la création de postes à temps partiel de coordonnateur des communications et des services en français aux ministères de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement ainsi qu’à celui de l'Environnement et des Services naturels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !