•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Instagram désactive des centaines de comptes liés au piratage de noms d’utilisateur

Des silhouettes de gens qui consultent leur cellulaire. En fond, le logo Instagram.

Plusieurs réseaux sociaux ont fait front commun et supprimé des centaines de comptes liés à des piratages de noms d'utilisateur.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Reuters

Le groupe Facebook a annoncé jeudi avoir démantelé des centaines de comptes Instagram qui ont été piratés et vendus pour leurs noms d'utilisateur de grande valeur.

Les personnes impliquées dans cette pratique contraire aux règles du réseau social sont des figures bien connues d'OGUsers, une communauté qui échange des noms d'utilisateurs prisés pour des sites web tels Twitter et Netflix contre de l'argent et de l’influence, selon une porte-parole de Facebook.

Ces pseudonymes, qui peuvent se vendre des dizaines de milliers de dollars, sont souvent des mots courts recherchés pour leur rareté, comme @food ou @snow. Les sociétés de réseaux sociaux, dont Instagram, qui appartient à Facebook, ont toutefois des règles contre la vente de comptes.

Parmi les personnes derrière les comptes Instagram démantelés, on trouve des échangeurs (swappers), qui déplacent les noms d'utilisateur vers de nouveaux comptes Instagram, et des intermédiaires, qui supervisent les transactions de l'achat à la vente et encaissent une partie de l'argent, généralement en bitcoins.

Une pratique répandue

Selon une porte-parole de Facebook, l'hameçonnage et l'échange de cartes SIM – qui permettent aux pirates d’infiltrer les téléphones pour accéder aux comptes qui leur sont associés – sont des moyens connus pour voler des pseudonymes sur Instagram.

Dernièrement, les méthodes telles que le harcèlement, l'extorsion et le swatting – le fait de signaler faussement une urgence nécessitant une réponse de la police à une adresse – ont aussi gagné en popularité chez les malfrats en quête de noms d'utilisateur, selon la même porte-parole.

Facebook, qui travaille avec les forces de l'ordre dans ce dossier, a indiqué que de nombreuses personnes impliquées dans cette pratique sont mineures.

Bien qu’OGUsers n'ait pas donné suite à une requête pour des commentaires, un administrateur du forum a déjà précisé par le passé que le site interdit les comptes commerciaux acquis par piratage.

Twitter et TikTok ont également souligné avoir pris des mesures récemment contre des groupes d’OGUsers pour avoir enfreint leurs règles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !