•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les caméras des téléphones Pixel pourront bientôt mesurer les battements du cœur

Un téléphone intelligent affichant plusieurs applications appartenant à Google, dont Google Maps, Chrome et Gmail.

Les caméras des téléphones intelligents Pixel de Google pourront bientôt mesurer les fréquences respiratoire et cardiaque.

Photo : Google

Agence France-Presse

Les propriétaires d’un téléphone Pixel, la marque de téléphone intelligent de Google, pourront bientôt mesurer leurs fréquences respiratoire et cardiaque grâce à la caméra de leur appareil, selon ce qu’a annoncé le géant des technologies mercredi.

Sans avoir besoin d’équipements médicaux ou de montres connectées, les propriétaires d’un téléphone intelligent Pixel auront accès dès le mois de mars à ces données dans l’application de bien-être Google Fit. Pour ce faire, il leur suffira de faire un geste semblable à celui de prendre un égoportrait.

Nous voulons révéler le potentiel des appareils connectés que nous utilisons tous les jours, a expliqué Shwetak Patel, un directeur de la branche santé du groupe, pendant une conférence de presse.

Avec l’intelligence artificielle, les capacités de ces appareils sont démultipliées, a-t-il continué. Et le plus répandu, c’est le téléphone intelligent avec tous ses capteurs.

Une citation de :Shwetak Patel

L’équipe d’ingénierie de Google a mis au point une technique dite d’apprentissage automatisé (machine learning). Les personnes n’auront qu’à ouvrir leur application Google Fit et la caméra détectera les légers mouvements de la poitrine qui se soulève et s’abaisse pour mesurer la fréquence respiratoire.

Pour la fréquence cardiaque, l’équipe s’est servie des imperceptibles changements de couleur de peau qui surviennent quand le sang fraîchement oxygéné se répand depuis le cœur au reste du corps.

Il suffira de déposer le bout du doigt sur l’objectif de son téléphone pour activer le flash et que l’application rende son verdict sur le nombre de battements de cœur par minute.

Nous avons pris en compte une large variété de couleurs de peau dans notre étude, a souligné Jiening Zhan, ingénieure de Google Health. Même si notre technologie est conçue à des fins de bien-être, ses marges d’erreur sont comprises dans la même fourchette que celles d’équipements approuvés par la FDA [le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques].

Des données protégées

Google a précisé que les données seraient traitées directement sur l’appareil, sans passer par ses serveurs, à moins qu’une personne ne souhaite les garder en mémoire.

Le groupe n’a pas précisé ses intentions en ce qui a trait à la monétisation future ou à d’éventuels partenariats avec d’autres marques de produits liés au bien-être.

De nombreux accessoires connectés, comme les montres Fitbit, rachetées par Google, ou celles d’Apple, permettent déjà de mesurer ce genre de fonctions corporelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !