•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les films CODA et Summer of Soul primés au festival Sundance

Une jeune femme est sur un bateau de pêche.

L'actrice Emilia Jones dans le film «Coda»

Photo : Seacia Pavao/Courtoisie du Sundance Institute

Radio-Canada

CODA a remporté mardi le grand prix du festival Sundance dans la catégorie des films dramatiques. Ce long-métrage de la réalisatrice Sian Heder est une adaptation du film français La famille Bélier, qui a été un succès en France puis au Québec, où il est sorti en 2015.

L’acronyme qui compose le titre signifie enfant de personne adulte sourde, ou child of deaf adult en anglais. 

En effet, CODA raconte l’histoire d’une adolescente qui est la seule personne non sourde de sa famille. Comme dans La famille Bélier, elle est tiraillée entre sa passion pour la musique et sa famille, dont l’activité de pêche est en difficulté. 

J’espère que cela signifie que plus d’histoires centrées autour de personnages sourds ou ayant un handicap seront mises en avant, a déclaré Sian Heder, qui a souligné que le public veut voir ce genre d’histoires

CODA a aussi reçu les prix de la meilleure réalisation, du public et de la meilleure distribution dans sa catégorie.

Ce film a également marqué le festival Sundance pour avoir été acheté par Apple pour la somme record de 25 millions de dollars américains. 

Retour sur le « Woodstock noir » avec Summer of Soul

Dans la catégorie des documentaires, le grand prix a été décerné à Summer of Soul, réalisé par Ahmir Thompson, dont le nom d’artiste est Questlove. Jusqu’à présent, il était surtout connu pour être producteur de musique et batteur du groupe The Roots. 

Un homme noir joue de la musique sur une scène.

Le documentaire «Summer Of Soul (Or, When The Revolution Could Not Be Televised)»

Photo : Mass Distraction Media/Courtoisie du Sundance Institute

Son premier film Summer of Soul revient sur le Festival culturel de Harlem, qui avait réuni 300 000 personnes à New York lors de l’été 1969. Ce festival méconnu est aussi surnommé le « Woodstock noir ». 

Summer of Soul a aussi décroché le prix du public dans la catégorie des documentaires.

10 000 $ pour Meryam Joobeur

Quant à la réalisatrice montréalaise Meryam Joobeur, à qui l'on doit Brotherhood, elle a obtenu le prix Sundance Institute NHK pour Motherhood, son premier long métrage en cours de production. Cette récompense est assortie d'une somme de 10 000 dollars américains.

En raison de la pandémie de COVID-19, le festival Sundance, qui se consacre au cinéma indépendant, s’est déroulé en ligne cette année.

Avec les informations de Hollywood Reporter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !