•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces jeunes Noirs feront l’Histoire : les choix de Kevin-Koudbi Lapierre

Des jeunes Noirs, dynamiques et contemporains, sont en train de modeler l’Histoire. Voici leur parcours.

Kevin-Koudbi Lapierre, Mohamed Camara, Carmelle Amoussou et Etienne Mamadou Bertrand.

Des jeunes Noirs de Gatineau, dynamiques et contemporains, qui sont en train de modeler l’Histoire.

Photo : Radio-Canada

Kevin-Koudbi Lapierre est l'archétype du jeune entrepreneur hyperactif. Il le niera peut-être de toutes ses forces, mais le repos, il ne connaît pas. Propriétaire du Ke Ola café poké bar, situé sur la rue Principale du secteur d'Aylmer, il est aussi à ses heures libres un musicien accompli.

Illustration de Kevin-Koudbi Lapierre.

Kevin-Koudbi Lapierre, propriétaire du Ke Ola café poké bar

Photo : Radio-Canada / Avec la gracieuseté de Kevin-Koudbi Lapierre

L’équipe des Matins d’ici lui a confié la mission de présenter en ondes trois personnes de son entourage, issues de la communauté noire, qui font des choses extraordinaires. L’idée du projet, en ce début du Mois de l’histoire des Noirs, est de présenter trois jeunes dynamiques et contemporains qui gravitent dans différentes sphères et qui sont en train de modeler l’histoire.

C’est certain que j’aurais aimé présenter une dizaine d'autres personnes, a déclaré Kevin après avoir relevé le défi, mais on va y aller un à la fois.

Illustration de Mohamed Camara avec le chiffre 3.

Mohamed Camara, fondateur de l'organisme à but non lucratif Underdog-Mixtape

Photo : Radio-Canada / Avec la gracieuseté de Mohamed Camara

MOHAMED CAMARA

Sa troisième étoile va à Mohamed Camara, un jeune entrepreneur de Gatineau qui travaille dans l’événementiel et qui a reçu, il y a quelques années, un prix d’excellence lors du 150e anniversaire du Canada.

Mohamed est le fondateur du Underdog-Mixtape (Nouvelle fenêtre), un important organisme à but non lucratif (OBNL) qui organise des événements de grande envergure dans les domaines sportif, culturel et artistique. À titre d’exemple, son OBNL est à l’origine d’un très populaire match de basketball qui a opposé les meilleurs joueurs de la région à ceux de Montréal.

Il a toujours donné son 100 %. Il a toujours donné tout ce qu’il avait.

Une citation de :Kevin sur Mohamed

Les compétitions et les concours organisés par Mohamed sont de l’avis de Kevin des projets rassembleurs qui mettent en valeur les talents sous-estimés de la région. J’ai travaillé à ses côtés, a-t-il raconté à l’animateur Philippe Marcoux, ce jeune homme est tout simplement extraordinaire, dit-il

Ce qui rend Mohamed encore plus exceptionnel, poursuit Kevin, c’est qu’il semble motivé par le simple besoin de redonner à sa communauté et de la rassembler. Il a eu zéro retour financier par rapport à tout ça. C’était simplement de la pure passion.

Illustration de Carmelle Amoussou avec le chiffre 2.

Carmelle Amoussou, fondatrice du magazine Négritude

Photo : Radio-Canada / Avec la gracieuseté de Carmelle Amoussou

CARMELLE AMOUSSOU

La fondatrice du magazine Négritude (Nouvelle fenêtre), Carmelle Amoussou, reçoit la deuxième étoile décernée par Kevin. Je l’ai choisie, car son magazine donne une représentation de la communauté sur la scène médiatique, a-t-il expliqué. Il offre une visibilité à ceux qui changent les choses.

Tout comme les personnes dont le portrait est dépeint dans le magazine Négritude, Carmelle est elle-même une véritable source d’inspiration, selon Kevin. Elle, aussi, c’est du bénévolat, précise-t-il. C’est son projet à elle. Elle a commencé quelques années toute seule puis maintenant le projet est en pleine expansion.

Cette initiative est exemplaire. Je lui lève mon chapeau!

Une citation de :Kevin sur Carmelle

Le magazine ne se contente pas de promouvoir la culture et les valeurs de la communauté africaine, mais cherche à s’établir comme étant un média d’information qui aborde des sujets d’actualité et des enjeux collectifs.

Le magazine est aussi une source d’information pour les gens de Gatineau — ceux qui ne sont pas noirs — sur c’est quoi la réalité [des personnes noires], décrit Kevin. Il fait un bon pont entre les communautés d’ici, à Gatineau.

Illustration d'Etienne Mamadou Bertrand avec le chiffre 1.

Etienne Mamadou Bertrand, propriétaire de French Avenue.

Photo : Radio-Canada / Avec la gracieuseté d'Etienne Mamadou Bertrand

ÉTIENNE MAMADOU BERTRAND

Finalement, la première étoile est attribuée à Étienne Mamadou Bertrand, le propriétaire de French Avenue (Nouvelle fenêtre), une compagnie qui confectionne des produits de mode au Mali, qui les exporte et les vend par la suite au Canada.

Je l’ai choisi parce qu'Étienne est un entrepreneur audacieux, courageux et créatif qui a bâti un réseau de contacts fiable lui permettant une production locale et 100 % africaine, explique Kevin.

Il m’a toujours impressionné!

Une citation de :Kevin sur Étienne

Les deux amis se sont rencontrés il y a environ sept ans alors qu’ils fréquentaient tous les deux le Cégep de l’Outaouais. Étienne a alimenté en moi la flamme entrepreneuriale, reconnaît Kevin. Comme toutes les étoiles présentées au cours de ce reportage, Étienne a été une source de motivation pour Kevin et son entourage.

Une entreprise consciencieuse

Étienne a la fibre entrepreneuriale depuis la quatrième année du secondaire. J’étais dans mes classes d’art plastique avec des amis et on pensait [déjà à fabriquer] des modèles de t-shirts, relate-t-il, en entrevue avec Philippe Marcoux.

C’est toutefois au Cégep qu’il a véritablement lancé son projet, vers 2013-2014. C’est aussi là qu’il a rencontré Kevin, qui est devenu un véritable ambassadeur au niveau de l’entreprise, raconte-t-il.

Étienne est un exportateur avec une conscience. Il y a une dimension éthique dans son travail. Il fait du commerce, certes, mais il le fait en ayant à cœur les Maliens.

Par exemple, à travers de l’entreprise, on essaie d’aider des artisans à vivre de leur passion. On travaille avec les ateliers, bien sûr, mais on essaie de les aider à se développer en leur offrant de la machinerie lorsque c’est possible.

Mais ce n’est pas tout! Sur toutes les ventes effectuées par French Avenue, nous offrons cinq dollars à Plan international Canada, qui a développé un programme d’appui à l’éducation dans les pays en voie de développement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !