•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vingt et un centres agricoles en milieu rural vont fermer, dont deux bilingues

Le maire Raymond Ménard en gros plan, dans la salle du conseil de Saint-Pierre-Jolys. En arrière-plan, la table avec les chaises des conseillers et au mur, une plaque avec le nom du village.

Le maire de Saint-Pierre-Jolys, Raymond Ménard s'inquiète de la fermeture du centre dans son village à l'arrivée de la saison agricole du printemps.

Photo : Radio-Canada

À partir du 1er avril, le Manitoba met en place un nouveau modèle de prestation des services en milieu rural et ferme au passage 21 de ses 38 centres locaux. Parmi eux se trouvent les centres bilingues de Sainte-Rose-du-Lac et de Saint-Pierre-Jolys.

La nouvelle est arrivée en début d’année sans prévenir, assure le maire de Saint-Pierre-Jolys, Raymond Maynard. La fermeture du centre dans sa communauté n’est pas une bonne idée selon lui.

C’est pas une bonne décision parce qu’on a beaucoup de fermiers francophones et on a besoin des services en français. Pas seulement avoir le service en français, mais tout simplement avoir le service à Saint-Pierre-Jolys. C’est un bureau qui est ici depuis longtemps, explique-t-il.

Il ajoute qu’outre les services aux fermiers de la région, le bureau emploie aussi des habitants du village. Raymond Maynard s’inquiète par ailleurs du choix de fermer au printemps.

Saint-Pierre-Jolys c’est une région avec beaucoup de fermiers. Ce n’est pas une bonne chose de fermer un bureau agricole dans des temps où le printemps arrive et les fermiers vont commencer à rentrer dans les champs et avoir besoin d’assurances, souligne-t-il.

Liste des centres qui fermeront

  • Altona;
  • Ashern;
  • Birtle;
  • Deloraine;
  • Fisher Branch;
  • Gladstone;
  • Glenboro;
  • Grandview;
  • Hamiota;
  • Lundar;
  • Morris;
  • Pilot Mound;
  • Russell;
  • Shoal Lake;
  • Somerset;
  • Souris;
  • Saint-Pierre-Jolys;
  • Sainte-Rose du Lac;
  • Teulon;
  • Vita;
  • Waskada.

Dans un communiqué, la province dit vouloir moderniser ses services, notamment en mutualisant les services d’Agriculture et Développement des ressources Manitoba et de la Société des services agricoles du Manitoba.

La province prévoit une offre en ligne plus élaborée avec la possibilité d’utiliser plusieurs canaux de communication comme des sites Internet, des outils de clavardage ou encore des services par téléphone.

J’espère qu’on va avoir accès aux mêmes services

Guy Bouchard est fermier dans la région de Vita dans le sud-ouest de la province près de la frontière américaine. Son centre local va fermer, ce qui empêchera M. Bouchard d'avoir accès aux services qu’il utilisait.

Quand on faisait des échantillons de foin, on l’apportait au bureau et ils nous postaient ça pour faire les analyses. Un autre service c’était au battage. Je pouvais apporter mon grain pour le faire analyser pour l’humidité et le poids, explique-t-il.

Guy Bouchard reconnaît toutefois que de plus en plus de services se faisaient déjà en ligne.

Je comprends pourquoi ils ferment ces centres, mais j’espère qu’on va avoir accès aux mêmes services et à la même information, dit-il.

Afin de défendre l’offre en français, l’Association des municipalités bilingues du Manitoba a envoyé une lettre à la province pour maintenir ces services.

Par courriel, le gouvernement assure vouloir conserver une offre de service en français dans son nouveau modèle de prestation de services.

Le nouveau modèle de prestation de services permet aux clients d’accéder aux services en appelant, en cliquant, ou en visitant un de nos centres agricoles. Dans chacun de ces canaux, nous aurons des possibilités bilingues, indique le courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !