•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les élèves ontariens pourront retourner en classe au plus tard le 16 février

Un élève qui porte un masque regarde par la fenêtre d'un autobus scolaire.

Les élèves de 18 régions sanitaires ontariennes avaient déjà été autorisés à retourner en classe.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

L'Ontario autorise la réouverture des écoles d'ici deux semaines dans l'ensemble des régions où elles étaient toujours fermées.

Ainsi, les écoles élémentaires et secondaires qui se trouvent sur le territoire de 13 régions de santé publique pourront de nouveau accueillir les élèves à partir de lundi. Cela comprend notamment les régions de Simcoe-Muskoka, de Windsor-Essex, de Hamilton et du Niagara.

Les élèves des régions de Peel et de York ainsi que ceux de Toronto seront autorisés à retourner à l'école le mardi 16 février, au lendemain de la journée de la Famille.

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce en conférence de presse avec le premier ministre Doug Ford.

Le ministre de l'Éducation Stephen Lecce

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le ministre de l’Éducation a expliqué mercredi que cette décision faisait suite à une diminution régulière de la transmission communautaire.

Les médecins hygiénistes de la province ont été consultés, de même que des experts d'hôpitaux pédiatriques.

Si les choses changent, si la tendance pointe dans la mauvaise direction, nous n’hésiterons pas à agir, sur avis du médecin hygiéniste en chef.

Une citation de :Stephen Lecce, ministre de l’Éducation de l’Ontario

La sécurité est ce qui nous a guidés et ce qui continuera à nous guider à toutes les étapes de ce processus, a déclaré Stephen Lecce. Nous ne ferons pas courir de risque à votre enfant et à votre famille.

Le ministre avait déclaré lundi dans un message sur Twitter que les parents avaient besoin de savoir à quoi s’en tenir quant aux dates de retour en classe.

Les élèves du Nord de la province étaient déjà retournés sur les bancs d'école le 11 janvier.

Le gouvernement ontarien avait par la suite autorisé les cours en présentiel dans sept autres régions le 25 janvier, puis dans quatre nouvelles régions, dont Ottawa, lundi dernier.

L'opposition officielle estime elle aussi que tous les enfants doivent pouvoir retourner en classe.

Marit Stiles en conférence de presse à l'Assemblée législative ontarienne.

Marit Stiles, porte-parole de l'opposition en matière d'éducation, continue de réclamer une réduction du nombre d'élèves par classe, notamment.

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

La porte-parole en matière d'éducation Marit Stiles répète toutefois que les mesures sanitaires prises par le gouvernement sont insuffisantes, particulièrement compte tenu de l'apparition des variants plus contagieux.

C'est une opinion que partagent plusieurs spécialistes.

Mme Stiles a notamment réclamé mercredi un programme élaboré de tests de dépistage, des classes d'au plus 15 élèves et l'utilisation de seulement la moitié des places dans les autobus scolaires.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

La province avait annoncé lundi des fonds supplémentaires pour améliorer le dépistage et acheter des masques et de l'équipement de protection.

Le gouvernement a aussi rendu obligatoire le port du masque pour les élèves de la 1re à la 3e année et a étendu l’obligation de le porter à l’extérieur pour tous les élèves de l’élémentaire et du secondaire, quand la distanciation physique n’est pas possible.

Le médecin hygiéniste en chef de Toronto ajoute qu’un dépistage sera effectué quotidiennement auprès de tous les élèves et les employés des écoles de la ville

Si un élève ou un membre du personnel présente ne serait-ce qu’un seul léger symptôme de la COVID-19, il ne pourra être à l’école et devra aller subir un test de dépistage.

Une citation de :Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste de la région de Toronto

Pour que la situation demeure sous contrôle en dépit de la réouverture des écoles, la population est appelée à faire sa part en restant le plus possible à la maison et en ne fréquentant que les gens qui vivent sous le même toit.

Ça veut dire que les enfants iront à l’école et rentreront immédiatement à la maison, a déclaré la Dre de Villa. Pas de rendez-vous pour aller jouer avec les amis, pas d’arrêt au terrain de jeu et pas de parents rassemblés pour prendre des nouvelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !