•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Permis ou interdit en Abitibi-Témiscamingue en zone orange?

Un collant par terre indique « merci de respecter la distance physique ».

À l'intérieur comme à l'extérieur, la population doit respecter les mesures de distanciation.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

Le lundi 8 février, l’Abitibi-Témiscamingue, la Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec et le Saguenay−Lac-Saint-Jean sont passés en zone orange.

Un palier d’alerte déjà connu dans la région, mais qui comprend des mesures différentes, dont l’interdiction de se rassembler à l’intérieur comme à l’extérieur.

Les consignes pour les personnes seules sont les mêmes. Elles peuvent recevoir un visiteur, idéalement la même personne pour éviter toute transmission communautaire de la COVID-19.

Le couvre-feu est aussi légèrement modifié. Il débutera à 21 h 30 plutôt qu'à 20 h et se terminera à 5 h.

Réouverture des restaurants et des commerces

Deux adultes et des enfants d’âge mineur, issus d'un maximum de deux bulles familiales, provenant de l’Abitibi-Témiscamingue peuvent manger ensemble dans un restaurant de la région. La réservation est requise.

Les bars ne pourront pas reprendre leurs activités la semaine prochaine. Des propriétaires en Abitibi-Témiscamingue ressentent un sentiment d'injustice.

Des commerçants de la région se disent aussi soulagés de pouvoir accueillir à nouveau les clients en magasin.

Une salle d'entraînement avec des machines et des haltères.

Les salles d'entraînement comme le Cyclotonus de Val-d'Or pourront aussi rouvrir le 8 février.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Loisirs et sports

Des activités sportives intérieures individuelles seront également permises comme le tennis ou le badminton en simple. Les sports d'équipe, dont le soccer et le hockey, sont encore sur pause.

Les organisations de sports collectifs accueillent avec déception cette décision.

Le sport-études pourra toutefois reprendre.

Une rondelle de hockey sur une patinoire, entre les patins d'un arbitre.

Des sportifs pourront reprendre l'entraînement sous certaines conditions.

Photo : Getty Images / Jonathan Daniel

Les activités extérieures jusqu'à huit personnes à la fois seront permises. Il sera toutefois interdit de se rassembler sur un terrain privé.

Les villes de la région mettent des infrastructures intérieures ou extérieures à la disposition des personnes seules ou des familles. Les détails ici.

Les cours individuels en dyade ou en bulle familiale seront toutefois autorisés. Il est également possible de recevoir à son domicile une personne ou d’être reçu pour offrir ou recevoir un service. Les mesures sanitaires doivent toutefois être respectées, indique le ministère de la Santé et des Services sociaux par courriel.

Les musées sont autorisés à rouvrir dès le 8 février alors que les cinémas et les théâtres pourront redémarrer leurs activités à partir du 26 février.

La salle de spectacle du Théâtre du Cuivre.

De nombreux spectacles ont dû être annulés dans la région depuis le début de l'année.

Photo : Radio-Canada / Joël Côté

Les salons de quilles devront toutefois patienter avant de rouvrir.

Au cégep et à l’université

Les cégeps et les universités du Québec auront la possibilité d’accueillir à nouveau les étudiants dans leurs locaux quelques heures par semaine.

Le directeur général du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, assure que des classes ont déjà été adaptées pour répondre aux besoins des étudiants. Il se dit conscient que ces rencontres entre les enseignants et les étudiants pourront faciliter l’apprentissage de ces derniers.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, a aussi annoncé jeudi que les cégeps et les universités en zone rouge pourront également accueillir 50 % des étudiants inscrits.

Le Carrefour du savoir Harricana.

Le Carrefour du savoir Harricana

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Résidences privées pour aînés

Les salles à manger dans les résidences privées pour aînés pourront rouvrir.

Les résidents devront respecter les mesures sanitaires, entre autres la distanciation physique, et ne pourront pas manger tous en même temps.

L'entrée principale des installations en hiver.

Les Jardins du patrimoine offrent des résidences pour les personnes âgées.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Protéger la région

Les déplacements non essentiels entre les régions ne sont pas recommandés.

Alors que plusieurs citoyens souhaitent protéger l’Abitibi-Témiscamingue à l’aide de points de contrôle, le gouvernement du Québec répond que les barrages ne font pas partie des plans actuellement.

Un barrage de la SQ pour contrôler les accès à Rouyn-Noranda.

Un barrage de la Sûreté du Québec pour contrôler les accès à Rouyn-Noranda en avril 2020.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Le président de la Conférence régionale des préfets rappelle que ce n’est pas une mesure commandée par la santé publique pour éviter les déplacements entre les régions.

Martin Ferron appelle la population à respecter les consignes mises en place pour éviter un retour en zone rouge.

Les mesures d’assouplissement pourraient être modifiées en fonction de la situation épidémiologique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !