•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des assouplissements accueillis avec soulagement... et inquiétude par des experts

Des élèves masqués sont assis à distance les uns des autres.

Les cégeps et universités pourront accueillir des étudiants dans les salles de classe.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les assouplissements de certaines règles sanitaires annoncés mardi par le premier ministre du Québec sont accueillis avec un certain soulagement. Mais cela suscite aussi de l’inquiétude, notamment chez des experts qui font état d’« incertitudes ».

François Legault a dit vouloir donner une bouffée d’oxygène aux Québécois en permettant un petit déconfinement, qui s'effectuera de façon très graduelle à compter du 8 février.

Des commerces non essentiels, les salons de coiffure, les musées et les bibliothèques pourront ainsi rouvrir leurs portes partout au Québec. Les activités extérieures seront à nouveau permises en petits groupes, et d'autres règles seront adoucies dans six régions.

Les cégeps et les universités pourront aussi accueillir des étudiants dans les salles de classe.

Au micro de Tout un matin, Benoît Mâsse, professeur de médecine sociale et préventive à l'École de Santé publique de l'Université de Montréal, estime que la réouverture des cégeps et des universités est parmi les points positifs de cette annonce. Cela fera énormément de bien, pense-t-il.

Ce n’est pas l’avis de Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

En entrevue à 24/60, la Dre Tremblay dit comprendre qu’il faut donner une bouffée d’oxygène aux Québécois.

C’est une question de gestion de risques, mais demander aux étudiants des cégeps de venir en présentiel, je ne vois pas du tout la pertinence de ça à ce stade-ci.

Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Kim Lavoie, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en médecine comportementale et professeur titulaire à l’UQAM, n’en pense pas moins et appelle à la prudence quant aux mesures annoncées.

Rouvrir les universités et les cégeps, on n’est pas prêt à ça.

Kim Lavoie, titulaire, Chaire de recherche du Canada en médecine comportementale, UQAM

Quand je regarde les tendances, dit-elle, il n’y a pas beaucoup de choses qui ont changé dans les faits […] On est loin d’être hors de danger.

L’apparition de variants du coronavirus et les vaccins qui arrivent au compte-gouttes alimentent l’incertitude aux yeux du Dr Quoc Dinh Nguyen, gériatre et spécialiste en épidémiologie au Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

Le professeur Benoît Mâsse partage cet avis et estime que ces variants pourraient relancer à la hausse le nombre de cas d’infections et de malades, sans oublier la fatigue du confinement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !