•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-François Godbout : la géométrie du paysage en peinture

L'artiste Jean-François Godbout applique de la peinture sur sa toile

« J’ai quitté l’aspect figuratif et le référent figuratif et je me suis lancé pleinement dans l’abstraction des barres verticales et horizontales », dit Jean-François Godbout

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Après une pause de 19 ans, l'artiste Jean-François Godbout, établi à Winnipeg, a renoué avec la peinture, délaissant le figuratif pour l'abstrait, et s’inspirant des lignes horizontales et verticales du paysage des plaines.

C’est en 1987, à son arrivée alors en Saskatchewan pour y étudier l'art à l'Université de Saskatoon, que Jean-François Godbout, qui avait passé sa jeunesse et sa vie de jeune adulte dans des villes comme Montréal et Toronto, tombe amoureux du paysage des plaines : l'immensité des champs, la couleur du ciel et ses couchers de soleil.

Les lignes verticales des gratte-ciels des grandes villes font place aux couleurs et aux lignes horizontales des plaines. Cette nouvelle perspective l'inspire dans les tableaux qu’il réalise alors. 

Jean-François Godbout se souvient que durant cette période, sa représentation des lignes horizontales et verticales était plus figurative et gestuelle.

À l'aide d'un pinceau, l'artiste Jean-François Godbout applique de la peinture sur sa toile.

Jean-François Godbout s'inspire du paysage et des couleurs des plaines pour peindre ses tableaux.

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

L'enseignement et la peinture

Il passera ainsi une douzaine d’années impliqué sur la scène artistique fransaskoise avant de plier bagage avec sa femme et ses quatre enfants, pour poursuivre une carrière en enseignement au Manitoba, au début des années 2000.

Mais voilà qu'au cours des dernières années, l'adjoint-directeur au Collège Garden City Collegiate de Winnipeg voit l'artiste en lui refaire surface.

Pour se remettre dans la peau de l'artiste qu'il était il y a 19 ans de cela, il s'impose une résidence artistique dans le nord de l'Italie.

« J'ai un petit penchant pour les vieilles villes, une de mes grandes inspirations, ce sont les vieilles routes marquées par l'histoire, il y a des barres horizontales et verticales. Essentiellement, c'est mon monde d'inspiration ces fissures-là, ces marquages-là. »

— Une citation de  Jean-François Godbout

À la suite de sa résidence, le sort en est jeté, dès son retour à Winnipeg, il s'éprend d'un studio d'artiste qu'une amie lui fait visiter. Pour Jean-François Godbout, c'est un nouveau départ.

Jean-François Godbout au loin dans son studio, peint.

Jean-François Godbout dans son studio à Winnipeg

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

« J'ai quitté l'aspect figuratif et le référent figuratif et là je me suis lancé pleinement dans l'abstraction des barres verticales et horizontales. Je suis complètement inspiré par le champ de couleurs du paysage et j'en fais une abstraction. »

— Une citation de  Jean-François Godbout

Ce que je vois c’est un mélange de couleurs primaires et j’essaie de les représenter dans mes tableaux dans un sens abstrait , poursuit Jean-François Godbout qui souligne que cet assemblage de rayures crée une certaine familiarité et attire avec son aspect géométrique.

Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !