•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention, cette image de civières vides ne raconte pas toute l’histoire

Pour Jeff Fillion, une poignée de civières vides dans un corridor de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont constitue la preuve du peu d'impact de la COVID-19.

Capture d'écran d'un tweet de Jeff Fillion publié le 30 janvier 2021. La mention "Attention" a été superposée au tweet.

Capture d'écran d'un tweet de Jeff Fillion publié le 30 janvier 2021

Photo : Radio-Canada

Dans un tweet destiné « aux émotifs qui ont peur de mourir de la COVID », Jeff Fillion prétend leur prouver que l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est vide, contrairement à ce qu’a déjà affirmé le Dr François Marquis, chef des services des soins intensifs. En entretien avec les Décrypteurs, M. Marquis apporte les nuances nécessaires.

L’animateur a publié le 30 janvier un tweet coiffé d’une photo dont il ne spécifie pas la source exacte. Voici l'hôpital Rosemont Maisonneuve (sic) du Dr Marquis qui vous dit que l'hôpital déborde., écrit-il sous l'image de quelques civières sans patients dans un corridor d'hôpital.

Capture d'écran d'un tweet avec des civières inutilisées dans un corridor d'hôpital.

Capture d'écran d'un tweet de l'animateur Jeff Fillion sur l'achalandage à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal

Photo : Radio-Canada

L’animateur affilié à CHOI FM et Radio Pirate, qui pourfend régulièrement la gestion gouvernementale de la crise sanitaire, soutient ensuite dans un autre tweet que seuls quatre patients se trouvaient aux soins intensifs de cet hôpital montréalais au matin du 30 janvier. Ces gazouillis ont été aimés à plus de 1000 reprises et relayés plus de 500 fois au moment d'écrire ces lignes.

Bien conscient de l’existence de cette publication qui le vise directement, le Dr François Marquis reconnaît d’emblée que la photo semble réelle.

La photo est réelle, cet endroit-là existe, mais c’est complètement mis hors contexte pour véhiculer un message qui est absolument inapproprié.

Une citation de :Dr François Marquis, chef des services des soins intensifs, Hôpital Maisonneuve-Rosemont.
Le Dr François Marquis devant l'entrée de l'urgence de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Le Dr François Marquis, chef des services des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, en entrevue à l'émission « Décrypteurs » diffusée le 16 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada

Le contexte

Joint par l’équipe des Décrypteurs, le Dr Marquis dit savoir précisément où a été prise la photo jointe au tweet de Jeff Fillion et dans laquelle apparaissent deux civières inoccupées. En tant que chef des soins intensifs, il juge tout à fait normal que ces civières-là soient vides, et elles sont vides 99 % du temps.

Situées à l’entrée de l’urgence de l’hôpital, ces civières se trouvent à la convergence de trois corridors, entre l’entrée des ambulances et l’aire de triage des patients. Exposées à beaucoup de bruit, de lumière et d’air froid en hiver, elles sont utilisées en dernier recours. Ces civières, quand elles sont remplies, sont les premières à être vidées, note le chef des services des soins intensifs.

C’est normal que ces civières-là soient vides, on veut qu’elles soient vides, s'il y a des civières qu’on veut voir vides dans l’hôpital ce sont celles-là.

Une citation de :Dr François Marquis, chef des services des soins intensifs, Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Quant à l’affirmation de Jeff Fillion selon laquelle il n’y avait que 4 personnes Covid aux soins intensifs au matin du 30 janvier, le Dr François Marquis confirme que son unité a en effet connu un creux de vague durant la fin de semaine.

En se basant sur ses années d’expérience, il estime que les patients arrivent par vagues au retour des Fêtes et quittent aussi en vagues. Dans le contexte actuel, c’est précisément ce qui se serait produit : Il faut comprendre qu’il y a deux façons de sortir des soins intensifs : on peut sortir parce qu’on a guéri ou parce que malheureusement on est décédé, et on a eu un mélange des deux, conclut le Dr Marquis.

D’autres nuances sont à apporter aux affirmations de Jeff Fillion, selon le chef des soins intensifs de cet important hôpital de l’est de Montréal.

Selon lui, le peu d’achalandage aux soins intensifs durant le week-end peut aussi être expliqué par l’ouverture récente d’un nouveau pavillon d’oncologie où ont été redirigés plusieurs patients, ainsi que par une éclosion de bactéries multirésistantes qui a mené à un grand nettoyage et donc à la nécessité de congédier un maximum de patients.

En somme, aux yeux de François Marquis, Jeff Fillion a opéré un raccourci. Il s'est basé sur une photographie instantanée, un moment instantané, pour poser un jugement sur tout le réseau de la santé et c’est tout à fait inapproprié. Il a pris l’exception pour parler de la généralité.

C’est comme de se baser sur le trafic d’un jour férié pour dire : "regardez, il n’y a pas de problèmes de circulation à Montréal"

Une citation de :Dr François Marquis, chef des services des soins intensifs, Hôpital Maisonneuve-Rosemont.
Jeff Fillion devant un microphone.

Jeff Fillion

Photo : La Presse canadienne / Tobin Grimshaw

L’envers de la médaille

Comme le rapportait l’équipe des Décrypteurs au printemps dernier, bien des citoyens brandissent à tort des images d’urgences vides pour tenter de prouver que la pandémie est fabriquée de toutes pièces.

À la mi-janvier, le Dr François Marquis avait d’ailleurs accepté (Nouvelle fenêtre) de filmer lui-même l’unité des soins intensifs de son hôpital pour rendre compte de la réalité dans le cadre de l’émission Décrypteurs.

Très présent dans les médias, le Dr Marquis entend garder le cap pour contrer la désinformation.

J’essaie d’informer les gens du mieux que je peux, de répondre aux questions, et moi je le fais en étant imputable, et je garde en tête que ces individus-là nous interpellent avec toutes sortes de conspirations, alors qu’ils n’ont pas à être imputables de quoi que ce soit, et ça leur donne une grande liberté, dont ils abusent.

Une citation de :Dr François Marquis, chef des services des soins intensifs, Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Quant à la demande récente formulée par plusieurs médias québécois auprès du gouvernement Legault en faveur d’un meilleur accès des journalistes aux établissements de santé, le Dr Marquis y voit un pas dans la bonne direction : Je suis d’accord avec ça, si on évite de tomber dans le sensationnalisme et si on reste dans le journalisme et l’information, je pense que ça peut aider. Maintenant, il faut que ça soit balisé, parce qu’un hôpital ce n’est pas la rue, précise-t-il.

Decrypteurs. Marie-Pier Élie, Jeff Yates, Nicholas De Rosa et Alexis De Lancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !