•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les restaurateurs se sentent exclus des mesures d’assouplissement

La salle à manger vide du restaurant Cochon Dingue de sainte-Foy à Québec

La salle à manger vide du restaurant Cochon Dingue de Sainte-Foy, à Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans la foulée des assouplissements annoncés mardi par le gouvernement Legault, dont la reprise de certaines activités qui avaient été interrompues en raison de la pandémie, les restaurateurs se désolent de devoir encore patienter.

Le premier ministre François Legault a autorisé la réouverture des restaurants sous conditions, mais seulement dans les régions de la province qui sont passées en zone orange, soit dans le Nord-du-Québec, l'Abitibi-Témiscamingue, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.

C'est donc dire que seulement un établissement de restauration sur quatre pourra rouvrir ses portes au Québec, le 8 février prochain.

François Meunier, de l’Association Restauration Québec, a dénoncé l’exclusion des restaurants de la décision du gouvernement d’assouplir certaines restrictions sanitaires.

Tout le monde peut rouvrir, sauf nous. Ça ne sera pas acceptable, a-t-il déclaré au micro de Radio-Canada mardi. La frustration est là, la détresse est là, l’incompréhension est là, a-t-il ajouté.

Les propriétaires de bars sont quant à eux tout à fait exclus des mesures annoncées par Québec. Aucune ouverture n’est prévue, quelle que soit la zone où ils se trouvent.

Le président de la Nouvelle association des bars du Québec, Pierre Thibault, a déploré la différence de traitement réservé aux bars et aux restaurants.

Je crois que l’on peut rouvrir les restaurants et les bars de la même façon, avec les mêmes protocoles, la même distanciation. Il faut arrêter de scinder l’industrie de la restauration et des bars en deux.

Une citation de :Pierre Thibault, président de la Nouvelle association des bars du Québec

Nous, on croit que dans les zones en alerte maximale [zone rouge, NDLR], on ne devrait peut-être pas ouvrir les commerces de détail, on aurait dû prolonger jusqu’au 1er mars, a-t-il soutenu.

Le secteur de la restauration vit une période difficile depuis le début de la pandémie. Selon le plus récent rapport de Restaurants Canada, 84 % des restaurateurs ne font aucun profit. Au moins 63 % d'entre eux estiment que, dans un contexte normal, il faudrait une année pour devenir rentable, alors que 48 % prévoient qu’ils devront fermer leur établissement d’ici six mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !