•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Biden signe un décret pour réunir les familles de migrants séparées

Joe Biden, à son bureau dans le bureau ovale, signe un décret sous le regard de Kamala Harris et Alejandro Mayorkas.

Le président Joe Biden était entouré de la vice-présidente, Kamala Harris, et du nouveau secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas.

Photo : Reuters / TOM BRENNER

Le président américain, Joe Biden, a adopté trois nouveaux décrets pour répudier l'héritage de son prédécesseur, mardi, en ciblant cette fois l'immigration, notamment les effets de la politique controversée de séparation des familles.

La série de décrets annoncés vise à renforcer notre système d'immigration, a-t-il soutenu d'emblée, aux côtés de la vice-présidente, Kamala Harris, et du secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, dont la nomination avait été confirmée par le Sénat quelques heures plus tôt.

Un système d'immigration légale juste, ordonné et humain rend l'Amérique plus sûre, plus forte et plus prospère, a affirmé le président Biden.

Le premier décret qu'il a signé devant les caméras prévoit la création d'un groupe de travail interagences qui aura le mandat de réunir les centaines d'enfants migrants et leurs parents, dont ils avaient été séparés en vertu d'une politique très controversée de l'ex-président Donald Trump.

Nous allons travailler pour réparer la honte morale et nationale de l'administration précédente qui a, littéralement, arraché les enfants des bras de leur famille, de leur mère, de leur père à la frontière.

Une citation de :Joe Biden, président des États-Unis

L'administration Trump, a-t-il dit sans nommer son prédécesseur, n'avait aucun plan, de quelque sorte que ce soit, pour réunir les enfants encore détenus et leurs parents.

Entre juillet 2017 et juillet 2018, au moins 5500 enfants migrants avaient ainsi été séparés de leurs parents. L'Union américaine des libertés civiles (ACLU) estime probable qu'au moins 1000 de ces familles soient toujours séparées, car plusieurs adultes ont pu être expulsés du pays.

Mon grand-père dirait : “Par la grâce de Dieu et la bonne volonté des voisins”, nous allons réunir ces enfants et rétablir notre réputation de [pays offrant un] refuge pour les personnes dans le besoin, a affirmé Joe Biden.

La politique dite de tolérance zéro menée par son prédécesseur, qui avait suscité un tollé, avait pour but de décourager l'immigration irrégulière en provenance de la frontière sud.

Même l'ONU avait exhorté l'administration Trump à mettre un terme à la politique de séparation, jugeant la pratique inadmissible et cruelle.

Plaidoyer pour l'immigration

Un deuxième décret prévoit la mise en œuvre d'un plan en trois parties pour gérer les migrations dans toute l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale et assurer un processus sûr et ordonné à la frontière américaine, a expliqué le président américain.

Le plan s'attardera notamment aux causes de la migration, comme la violence et l'instabilité que fuient les migrants d'Amérique centrale, précise le libellé du document.

Un troisième décret rétablit, entre autres, un groupe de travail sur les nouveaux Américains pour favoriser l'intégration des nouveaux arrivants. Ce même texte, a indiqué Joe Biden, ordonne aux agences fédérales d'évaluer les politiques migratoires récentes, qu'il a qualifiées de nuisibles et contre-productives.

Le texte disponible sur le site de la Maison-Blanche décrit ces politiques comme des mesures ayant mis en place des obstacles à notre système d'immigration légale.

Dès le premier jour de son mandat, le président Biden avait déjà adopté des décrets pour maintenir les protections envers les jeunes arrivés clandestinement aux États-Unis lorsqu'ils étaient enfants (mieux connus sous l’appellation Dreamers), rouvrir les frontières aux ressortissants de certains pays à majorité musulmane et suspendre les travaux de construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, s'attaquant ainsi à trois décisions prises par Donald Trump.

Joe Biden a fait allusion aux critiques formulées à son égard relativement au nombre élevé de mesures présidentielles qu'il a édictées d'un coup de crayon. On parle beaucoup, à juste titre, du nombre de décrets que j'ai signés, a-t-il reconnu, ajoutant qu'il ne faisait qu'annuler des décrets qu'il trouvait contre-productifs et contraires à ce que nous sommes comme pays.

Je ne crée pas de nouvelles lois; j'élimine de mauvaises politiques.

Une citation de :Joe Biden, président des États-Unis

Un très grand nombre de mesures adoptées par M. Biden infirment les décisions de Donald Trump qui avait, lui aussi, annulé des actions de son prédécesseur.

Depuis son investiture, il y a deux semaines, le nouveau président a signé au moins une quarantaine de décrets, proclamations et autres initiatives exécutives, qui vont de la lutte contre le réchauffement climatique à celle contre la pandémie de coronavirus, en passant par la justice raciale et l'intégrité gouvernementale.

Au premier jour de son mandat, Joe Biden a par exemple annoncé la réintégration des États-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat, mis un terme au retrait des États-Unis de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et révoqué l’autorisation du projet d'oléoduc Keystone XL entre les États-Unis et le Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !