•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le REFO s’inquiète d’une possible réduction de services en français à la Laurentienne

Un édifice d'au moins huit étages en hiver.

L'Université Laurentienne, à Sudbury, fait face à un important déficit.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO) demande au ministère des Collèges et Universités de l’Ontario d’accorder une importance particulière aux établissements d'enseignement francophones et bilingues, y compris à l’Université Laurentienne, lors de son évaluation de la situation financière des collèges et universités de la province.

Le REFO indique dans un communiqué qu’il surveillera de près la situation de l’université sudburoise, qui fait face à des défis financiers sans précédent et qui a demandé la protection des tribunaux pour se mettre à l'abri de ses créanciers.

Le REFO invite la communauté universitaire à réfléchir aux avenues qui peuvent être prises afin d’assurer que le retour à l’équilibre financier pour l’Université Laurentienne n'ait pas de répercussions sur l’offre aux étudiantes et étudiants francophones.

Nous ne pouvons insister assez sur le fait que l’évaluation des programmes francophones doit être faite en gardant en tête la particularité de leur environnement, peut-on lire dans le communiqué.

Nous serions également inquiets des répercussions sociales et économiques que pourraient engendrer la fermeture potentielle de certains programmes ou la réduction de l’offre de cours en français à l’Université Laurentienne.

Une citation de :Communiqué du Regroupement étudiant franco-ontarien

Le REFO, dans le même communiqué, a aussi réitéré son appui à l’Université de l’Ontario français, qui connaît également des difficultés. Le nombre de demandes d'admission est en deçà des attentes et son premier recteur, André Roy, a démissionné.

Simon Paquette, président de l’Association des étudiantes et étudiants francophones de l’Université Laurentienne, éprouve certaines craintes quant au maintien des programmes de langue française. Ça inquiète tout le monde, mais [l’Université] a pris la décision qui devrait être prise.

Une photo de Simon Paquette.

Simon Paquette, président de l'Association des étudiants francophones de l'Université Laurentienne

Photo : Simon Paquette

L’ancien recteur de l’Université Laurentienne Jean Watters dit faire confiance au ministre des Collèges et Universités, Ross Romano. Je pense que le ministre Romano l’a dit clairement, ils ne laisseront jamais tomber les étudiants.

M. Watters se dit extrêmement triste de voir l’Université faire face à de tels problèmes financiers, alors que la Laurentienne arrivait à équilibrer son budget au début des années 2000, selon lui.

On n’a jamais eu de gros surplus, admet-il cependant.

Les professeurs demandent un financement à long terme

L’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne (APPUL) et l’Union des associations des professeurs des universités de l’Ontario (OCUFA) ont aussi réagi mardi par communiqué aux déboires de la Laurentienne.

Bien qu’il y ait des questions importantes à poser, le ministre des Collèges et Universités, Ross Romano, a la responsabilité d’intervenir et de fournir à l’Université Laurentienne le financement dont elle a besoin.

Une citation de :Communiqué de l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne et de l’Union des associations des professeurs des universités de l’Ontario

L’APPUL et l’OCUFA notent que le ministre Romano a seulement fait mention du bien-être des étudiants. L’obligation de la province ne se limite pas à assurer que les étudiants de l’établissement puissent poursuivre leurs études sans interruption.

Elle vise également à protéger les emplois de ceux qui travaillent à l’Université, des emplois qui sont essentiels à la communauté du Grand Sudbury, ajoutent l’APPUL et l’OCUFA.

Les professeurs de l'Université Laurentienne, sans contrat de travail depuis juillet 2020, avaient lancé la semaine dernière un ultimatum à l'administration pour qu'elle rende publics ses états financiers.

Avec les informations de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !