•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Sébastien Guillier-Sahuqué sur son vélo dans une rue d'Edmonton.

Sébastien Guillier-Sahuqué ne se déplace pas à Edmonton sans son vélo.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Le vélo est un moyen pratique pour se déplacer en hiver, à condition de connaître les rudiments permettant de pédaler en sécurité. Voici les conseils de deux experts.

Enfourcher son vélo lorsque les rues sont enneigées et que la température frôle les -15 degrés n’a rien d’impossible ou de fou pour Sébastien Guillier-Sahuqué.

Je n’ai jamais eu de voiture. Je me déplace en vélo, été comme hiver, depuis mon arrivée à Edmonton, en 2005, dit le quarantenaire originaire de la région parisienne.

Plutôt que d’attendre l'autobus dans le froid, il a toujours préféré pédaler pour se déplacer. Selon lui, les mois de mars et d'avril sont les plus dangereux en raison des plus grands risques de verglas.

Habillement

En hiver, plus que jamais, il faut être visible. Mettez des vêtements fluo. Habillez-vous chaudement, mais pas trop sinon vous allez transpirer et attraper un rhume ou avoir des engelures, conseille Sébastien Guillier-Sahuqué.

Prenez aussi une veste de secours dans votre sac pour les trajets de plus de cinq kilomètres. Je déconseille les lunettes de ski qui réduisent le champ de vision, ajoute-t-il.

Sécurité

Entre la neige et le verglas, les risques sont plus grands en hiver. Baisser votre selle pour avoir plus de chance de vous rattraper si vous glissez et ne touchez pas à votre frein avant, surtout si l'asphalte est recouvert de neige, explique Sébastien Guillier-Sahuqué.

Glissez dans votre sac des outils pour réparer rapidement votre vélo sur la route. Installez des lumières clignotantes à l’avant et à l’arrière pour être bien vu, conseille-t-il.

Un pneu clouté dans une boutique d'Edmonton.

Les pneus d'hiver sont-ils une option?

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Pneus

Pour les trajets réguliers, Sébastien Guillier-Sahuqué préfère des pneus sans clou, car il se déplace sur les pistes cyclables.

Le responsable du magasin spécialisé Mud Sweat Gears, Gary Trait, recommande toutefois des pneus cloutés. Il en existe pour toutes les tailles. C’est indispensable. Comptez en moyenne 300 $ pour une paire, dit-il.

Les vélos surdimensionnés ne sont pas une nécessité en hiver, sauf sur des chemins de randonnée. Vous pouvez convertir n’importe quel vélo à une pratique hivernale, assure Gary Trait.

Entretien

Certaines localités, comme Edmonton, versent des produits nocifs pour la longévité des bicyclettes.

La Ville utilise du chlorure de calcium sur les pistes cyclables. C’est désastreux pour les chaînes, fait remarquer Gary Trait.

On voit beaucoup de clients venir avec des chaînes rouillées qui n’arrivent plus à tourner et ça peut coûter cher, ajoute-t-il.

Pour éviter ce problème, il est conseillé de rincer son vélo après chaque trajet, mais pas dehors lorsqu’il fait trop froid sinon les composants risquent de geler, rajoute le responsable de Mud, Sweat and Gears.

Par expérience, Sébastien Guillier-Sahuqué a observé que les vélos avec des cadres en acier souffraient particulièrement de ces produits déversés sur les routes en hiver.

Un cycliste portant un casque et habits fluos se déplace en hiver à Calgary.

Le vélo en hiver, un moyen pratique pour se déplacer

Photo : Radio-Canada

Rôle des Villes

Si le nombre de pistes cyclables joue un rôle dans l’attrait de ce mode de transport, l’entretien effectué par les autorités municipales en hiver l’est tout autant.

Les Villes de Calgary et d'Edmonton assurent que la majorité de leurs pistes cyclables sont nettoyées dans les 24 à 48 heures suivant la fin d’une chute de neige.

En comparaison, Montréal, une ville considérée comme une référence par de nombreux cyclistes et qui est l'une de celle qui a plus grand nombre de pistes cyclables au pays, les déneige en même temps que les rues qu’elles bordent, soit peu de temps après une chute de neige.

Un logo de vélo sur une piste cyclable à Edmonton.

Dans les grandes villes canadiennes, le déneigement des pistes cyclables se fait en 48 heures maximum.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

L’attrait de l’hiver

Calgary semble faire partie du peloton des villes avec le plus grand nombre de cyclistes en hiver. La ville albertaine avait d’ailleurs accueilli le Congrès mondial du vélo hivernal, en février 2019.

Le chargé de projet de Vélo Québec, Bartek Komorowski, y avait indiqué que le vélo d’hiver se popularisait de plus en plus.

Selon une étude menée à Calgary en 2012 (Nouvelle fenêtre), 30 % des cyclistes continuent leur pratique sur deux roues l’hiver.

À Edmonton, un cycliste sur six continue d’utiliser son vélo en hiver, selon la Ville qui a compté les allers-retours sur le pont High Level entre 2017 et 2019.

Même si les chiffres fournis par ces deux villes ne permettent pas d’établir une évolution sur plusieurs années, Sébastien Guillier-Sahuqué observe une hausse du nombre de cyclistes hivernaux dans les rues d’Edmonton, surtout depuis 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !