•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nordic Kraft veut ajouter des chambres pour ses travailleurs à Lebel-sur-Quévillon

Une partie de la ville de Lebel-sur-Quévillon.

Lebel-sur-Quévillon, dans le Nord-du-Québec

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir installé un complexe de 82 chambres en 2019 pour héberger une partie du personnel spécialisé de son usine Nordic Kraft de Lebel-sur-Quévillon, la compagnie Chantiers Chibougamau souhaite ajouter une deuxième phase de 14 chambres au cours des prochaines semaines.

Le projet, qui se déploierait sur le terrain de l’ancien bar Sambuca sur le boulevard Quévillon, a reçu l’aval de la Ville, qui doit cependant modifier le zonage dans ce secteur.

Le maire Alain Poirier confirme que certains citoyens ont exprimé des réticences envers le projet, mais il croit qu’il s’agit d’une solution logique dans le contexte actuel.

On est en accord, parce qu’on ne veut pas que les compagnies achètent des blocs à appartements pour y mettre leurs travailleurs et que ça fasse en sorte qu’on tombe en pénurie de logements, souligne-t-il. Qu’ils soient dans de petites chambres le temps qu’ils s’installent à Lebel, on accepte la situation. Mais c’est clair qu’on ne voit pas ça comme une solution à long terme. Notre souhait, c’est qu’ils viennent éventuellement avec leur famille pour s’installer chez nous.

Pénurie de main-d’œuvre

Pour Chantiers Chibougamau, beaucoup d’efforts ont été déployés pour attirer des travailleurs à déménager à Lebel-sur-Quévillon, mais la réalité de la pénurie de main-d’œuvre qui sévit partout au Québec frappe durement la petite localité du Nord-du-Québec.

Même si on paye plus cher pour une tâche égale et même s’il s’agit d’une communauté de qualité, la réalité est que des candidats pour des postes spécialisés et stratégiques ne lèvent même pas le nez pour nous écouter, souligne Frédéric Verreault, directeur exécutif, développement corporatif chez Chantiers Chibougamau. Ça ne nous fait pas plaisir du tout de dépenser autant pour déplacer et loger des travailleurs, mais c’est une question de vie ou de mort pour faire opérer l’usine.

Frédéric Verreault ajoute que quelque 140 des 260 travailleurs de Nordic Kraft habitent à Lebel-sur-Québec, dont 31 qui s’y sont installés au cours des dernières années, grâce notamment à des programmes incitatifs mis de l’avant par la compagnie.

Ce n’est pas parfait, mais on y travaille, lance-t-il. Si on avait une baguette magique, il n’y aurait plus une seule habitation modulaire dans deux ans et tous nos travailleurs se seraient installés à Lebel. La situation du fly in fly out ne nous plaît pas nous non plus, mais on est ici pour du long terme et on peut prendre le temps pour bien faire les choses. En 2021, tu ne peux pas juste forcer quelqu’un à déménager.

La compagnie estime aussi que la solution proposée est celle qui s’intègre le mieux dans la communauté et qui aura le plus d’impact positif pour les commerçants.

L'usine en hiver.

L'usine Nordic Kraft est une propriété de Chantiers Chibougamau à Lebel-sur-Quévillon. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Pour nous, c’était totalement exclu d’arriver avec un projet de résidences avec service de conciergerie et de repas, souligne Frédéric Verreault. On veut que nos travailleurs se trouvent dans un périmètre résidentiel et commercial et qu’ils dépensent dans les épiceries et les restaurants. On veut qu’ils s’intègrent et découvrent la communauté. On veut aussi que ça soit esthétique, que ça n’ait pas l’air de roulottes. En plus, on propose de dynamiser un site à l’entrée de la ville où on retrouve aujourd’hui un bar fermé.

Rencontre d’information

Une rencontre d’information virtuelle au cours de laquelle Chantiers Chibougamau présentera son projet aura lieu mercredi soir.

Une fois la période de consultation terminée, les citoyens qui le désirent pourront demander l’ouverture d’un registre et, si le nombre de signatures est suffisant, forcer la tenue d’un référendum au sujet de cette modification de zonage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...