•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Abattoir de Luceville racheté par un groupe de six investisseurs

Un boucher travaille dans un abattoir.

Des investissements doivent permettre d'accroître l'automatisation des opérations de l'abattoir. (archives)

Photo : Getty Images / Remy Gabalda

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un groupe de six investisseurs vient de se porter acquéreur de l'Abattoir de Luceville. Le couple de producteurs agricoles qui exploite le ranch Bison sur Mer à Sainte-Luce fait partie des acheteurs.

La transaction est conclue, mais le Groupe Yoke, auquel les investisseurs sont associés, doit prendre les rênes de l'entreprise fondée en 1979 à partie du deuxième trimestre de 2021.

Des investissements, dont le montant n'a pas encore officiellement été déterminé, permettront de se tourner davantage vers l'automatisation sans toutefois réduire le nombre d'employés.

Ces améliorations doivent être mises en place en plusieurs phases.

Le groupe estime que de cinq à six emplois seront créés à l'abattoir grâce à ces investissements. Ils s'ajouteraient alors aux 15 emplois déjà existants.

"Automatisation" ne veut pas dire qu'on roule sans humains. Ce n'est pas du tout ce qu'on souhaite. Les emplois actuels vont demeurer, mais évidemment, il va y avoir de la création d'emplois aussi parce que l'abattoir, il ne roule pas à sa capacité maximale. Évidemment, notre objectif est de l'amener à un développement plus élevé, soutient la responsable du développement des affaires du Groupe Yoke, Manon Cambefort.

L'extérieur de l'Abattoir de Luceville.

L'Abattoir de Luceville

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Elle précise aussi que l'objectif des nouveaux propriétaires est également d'améliorer les services de boucherie pour faciliter la mise en marché des produits. Le groupe souhaite pouvoir éventuellement procéder à la transformation de certains produits.

« On veut travailler sur un circuit court. Donc, c'est sûr qu'on voit l'abattoir comme un potentiel de faire transiger les produits locaux. »

— Une citation de  Manon Cambefort, responsable du développement des affaires du Groupe Yoke

On va vraiment vraiment s'associer aux producteurs aussi pour voir c'est quoi leurs besoins. On est déjà en contact avec plusieurs d'entre eux. On est plein de dynamisme et de belles idées pour le secteur alimentaire, poursuit-elle.

En entrevue à l'émission Info-Réveil lundi marin, le président régional de l'Union des producteurs agricoles (UPA), Gilbert Marquis, s'est réjoui des investissements et de la modernisation à venir à l'abattoir de Luceville.

« Je suis content parce que nos producteurs vont pouvoir en bénéficier, mais il va y avoir de l'ouvrage à faire.  »

— Une citation de  Gilbert Marquis, président de l'UPA pour le Bas-Saint-Laurent

Les propriétaires actuels de l'Abattoir de Luceville, Carol et Claude Bernier, demeureront au sein de l'entreprise au cours des prochaines années pour transmettre leur savoir aux nouveaux acquéreurs.

D'après les informations de Lisa-Marie Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...