•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec assouplit certaines règles sanitaires et renoue avec le code de couleurs

Six régions reviennent en zone orange.

MM. Legault, Arruda et Dubé dans les corridors de l'Assemblée nationale

Le premier ministre François Legault, le directeur national de santé publique Horacio Arruda et le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé ont annoncé mardi un déconfinement à géométrie variable des régions du Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le premier ministre Legault annonce une série d'assouplissements ciblés aux mesures de confinement pour permettre aux Québécois de tenir le coup en attendant que la pandémie de COVID-19 ne soit plus qu'un mauvais souvenir.

Ainsi, à compter du 8 février, les commerces non essentiels, les salons de coiffure, les musées et les bibliothèques pourront rouvrir leurs portes partout au Québec. Les activités extérieures seront à nouveau permises en petits groupes, et d'autres règles seront adoucies dans six régions.

De plus, cégeps et universités pourront, s'ils le souhaitent, recommencer à accueillir des étudiants dans les salles de classe. Il est temps, croit François Legault, de permettre aux jeunes de renouer avec leurs camarades et leurs professeurs. Certains d'entre eux, a-t-il souligné, étudient à distance depuis maintenant 11 mois.

Évidemment, ça va dépendre de la situation dans chacun des cégeps et des universités. Mais notre objectif, c’est que les étudiants puissent y aller au moins une fois par semaine.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Les centres commerciaux pourront également rouvrir leurs portes un peu partout au Québec, mais la flânerie sera interdite. Des contraventions pourront même être distribuées aux contrevenants, a soutenu M. Legault. Ça ne sera pas toléré, a-t-il ajouté.

Un déconfinement très, très partiel

Ce petit déconfinement, qui s'effectuera de façon très graduelle, a été présenté mardi en conférence de presse par le premier ministre, qui était pour l'occasion accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Comme le gouvernement l'avait déjà laissé entendre, les rassemblements et les visites à domicile demeureront interdits. Les déplacements interrégionaux seront toujours déconseillés, et la consigne du télétravail obligatoire continuera.

Le couvre-feu en vigueur depuis le 9 janvier sera lui aussi maintenu partout sur le territoire québécois. Mais celui-ci sera reporté de 90 minutes dans six régions, qui renoueront avec les modalités de la zone orange.

Le retour du système des paliers d’alerte

De fait, le couvre-feu débutera dorénavant à 21 h 30 dans le Nord-du-Québec, en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, sur la Côte-Nord, dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

Ce n'est pas tout. Dans ces régions – qui comptent environ 850 000 habitants, soit environ 10 % de la population du Québec –, les restaurants et les centres de sports intérieurs pourront rouvrir le 8 février à certaines conditions.

Les lieux de culte, limités à 10 fidèles en zone rouge, pourront en accueillir 25 en zone orange, tandis que les salles de spectacles et les cinémas pourront rouvrir le 26 février, à condition qu'une place désignée soit attribuée à chaque spectateur.

Dans le cas des restaurants, le maximum sera fixé à deux adultes par table. Ces adultes, toutefois, ne seront pas tenus d'être issus de la même bulle familiale. Ils pourront en outre être accompagnés de leurs enfants mineurs s'ils en ont. La réservation sera obligatoire. Les restaurants devront tenir un registre de leur clientèle, et les clients devront faire la preuve qu'ils habitent bien dans la région où se trouve le restaurant.

Toujours en zone orange, les centres de sports intérieurs pourront permettre la reprise des activités individuelles, en dyade [à deux personnes] ou en famille, a expliqué le Dr Arruda, mais les sports collectifs demeureront interdits. Les gyms, pour leur part, pourront à nouveau accueillir des clients et leurs entraîneurs.

Quant aux activités extérieures, la limite sera fixée à huit participants en zone orange et à quatre participants en zone rouge, mais ceux-ci ne devront pas obligatoirement habiter à la même adresse. En d'autres mots, il redeviendra possible d'aller marcher avec un ami ou un groupe d'amis dès la semaine prochaine.

Il en sera ainsi au moins jusqu'au 22 février. Si des changements devaient survenir après cette date, ils seront annoncés d'ici les deux prochaines semaines, a promis M. Legault.

Une évolution positive

Les allègements aux mesures sanitaires annoncés mardi répondront partiellement aux demandes des partis d'opposition, qui avaient réclamé plus tôt dans la journée des mesures adaptées à chaque région (Nouvelle fenêtre).

Ces modifications sont annoncées alors que la pandémie semble enfin montrer des signes d'essoufflement au Québec. Mardi, le Québec recensait 1053 nouveaux cas de COVID-19, alors qu'il en enregistrait autour de 3000 il y a quelques semaines encore.

Globalement, le premier ministre constate que la situation s'améliore au Québec. Il se dit toutefois inquiet de la situation dans les hôpitaux, où le taux de délestage tourne autour de 34 %. Dans le Grand Montréal, c'est même une intervention chirurgicale sur deux qui doit être reportée, ces jours-ci.

Afin de ne pas empirer la situation dans les hôpitaux, qui sera déterminante pour permettre l'assouplissement d'autres mesures, François Legault demande donc aux Québécois de demeurer prudents et de ne pas profiter de la semaine de relâche scolaire qui s'en vient pour réserver des chalets avec d'autres familles.

Redonner un peu d'oxygène aux commerçants

Tout en avertissant les Québécois que la bataille n'est pas finie, M. Legault a expliqué mardi qu'il souhaitait que les assouplissements annoncés puissent donner un peu d'oxygène [aux] commerçants.

Les commerces jugés non essentiels sont fermés depuis le 25 décembre. Ils devaient rouvrir le 11 janvier, mais l'échéance avait été reportée au 8 février, compte tenu du grand nombre d'éclosions et des nombreuses hospitalisations relativement au coronavirus observées durant le mois de janvier.

Plusieurs d'entre eux pourront donc recommencer à servir leurs clients la semaine prochaine. Les autres pourront quant à eux continuer à participer aux différents programmes d'aide du gouvernement québécois, a indiqué François Legault mardi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !