•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google ne développera plus de jeux vidéo à Montréal

Jade Raymond.

La Montréalaise Jade Raymond quitte également Google dans le cadre de la restructuration annoncée lundi.

Photo : Reuters / Stephen Lam

Google Canada confirme que l'entreprise cessera de développer à Montréal des jeux vidéo exclusivement destinés à sa plateforme Stadia.

Le géant du web fera désormais affaire uniquement avec des éditeurs indépendants, a fait savoir lundi le vice-président et directeur général de Google Stadia, Phil Harrison, tout en assurant que les projets actuels seront menés à terme.

Créer des jeux de premier ordre à partir de zéro nécessite de nombreuses années et des investissements importants, et les coûts augmentent de façon exponentielle, a-t-il tenu à souligner sur le blogue de la société (Nouvelle fenêtre).

Compte tenu de notre volonté de nous appuyer sur la technologie éprouvée de Stadia et d'approfondir nos partenariats commerciaux, nous avons décidé d'arrêter d'investir dans la conception de contenu exclusif par nos équipes de développement interne [...] outre les jeux prévus à court terme, a annoncé M. Harrison.

Los Angeles écope aussi

Cette restructuration entraînera la fermeture des studios de jeux vidéo de Montréal et Los Angeles, a confirmé par la suite Luiza Staniec, responsable des communications pour Google Canada.

Les deux studios emploient actuellement 150 personnes, a-t-elle indiqué, sans toutefois ventiler le nombre d'employés pour chacune des deux villes.

Les salariés montréalais seront, dans la mesure du possible, réaffectés à d'autres tâches, a assuré Mme Staniec, puisque Google entend maintenir ses autres activités dans la métropole (sécurité en ligne, navigation, infonuagique, intelligence artificielle, etc.).

Nous apprécions profondément le travail qui a été fait par l'équipe de SG&E [Stadia Games & Entertainment] à Montréal et sommes très fiers de leur contribution à l'écosystème Stadia.

Une citation de :Luiza Staniec, responsable des communications pour Google Canada

Certains membres de l'équipe préféreront toutefois passer à autre chose. C'est le cas de la Montréalaise Jade Raymond, qui a décidé de quitter Google pour relever d'autres défis, a annoncé Phil Harrison au sujet de la grande patronne de Stadia, qui avait été nommée vice-présidente de Google en mars 2019.

Le studio de jeux vidéo de Google à Montréal avait ouvert ses portes quelques mois plus tard.

Qu'est-ce que Stadia?

Stadia est un service qui permet de jouer à distance à des jeux de même qualité que sur des consoles, sans avoir besoin de les télécharger ou d'acheter des équipements coûteux.

L'abonnement de base, qui comprend certains jeux, coûte 12 dollars canadiens par mois, mais l'accès à l'essentiel du catalogue demande de débourser plus d'argent.

Il est évident que la technologie de Stadia a fait ses preuves et fonctionne à grande échelle, a indiqué Phil Harrison, citant le lancement de Cyberpunk 2077 parmi les réussites de la plateforme.

La possibilité de diffuser en à distance et en continu est l'avenir de l'industrie, et nous allons continuer à investir dans Stadia et son infrastructure, a-t-il indiqué.

À la fin de 2020, Amazon a lancé aux États-Unis un service du même type, baptisé Luna, pour faire compétition à Stadia et à la plateforme xCloud de Microsoft. Chacun des trois géants a des serveurs qui abritent la puissance informatique nécessaire pour jouer à distance sans délai dans les actions et réactions du jeu.

Avec les informations de Agence France-Presse, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !