•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fonds dédié à l'éducation sur le cannabis suspendu au N.-B.

Seulement deux demandes ont été reçues par le gouvernement depuis la création du fonds, en 2018.

Une feuille de cannabis en gros plan avec en arrière-plan des plants de cannabis dans des pots.

Le gouvernement de Blaine Higgs suspend un fonds dédié à l’éducation et à la sensibilisation en matière de cannabis (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Morin

Pascal Raiche-Nogue

Le gouvernement de Blaine Higgs met sur la glace le Fonds d’éducation et de sensibilisation en matière de cannabis, au Nouveau-Brunswick. L’enveloppe – dont une infime partie a été utilisée jusqu’à maintenant – est suspendue en attendant une décision sur la privatisation de Cannabis NB.

Radio-Canada a appris que cette initiative lancée en 2018 et dotée d’un budget annuel de plus d’un million de dollars est inactive depuis quelque temps.

Les déboursements du Fonds sont actuellement suspendus alors que le gouvernement envisage l'avenir du modèle de vente au détail de cannabis au Nouveau-Brunswick, confirme par courriel la porte-parole du ministère des Finances, Jennifer Vienneau.

Un jeune homme, de dos, attend l'ouverture de la boutique pour se procurer son premier joint de cannabis légal.

Le gouvernement de Blaine Higgs évalue encore la possibilité de privatiser Cannabis NB (archives).

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs étudient la possibilité de privatiser la vente et la distribution du cannabis récréatif dans la province.

En novembre 2019, ils ont lancé un appel d’offres pour la vente de Cannabis NB, qui enregistrait alors déficit après déficit.

Depuis, cette société de la Couronne a troqué l’encre rouge pour l’encre noire et génère des millions de dollars en profits. Le premier ministre a dit en décembre 2020 que ce revirement pourrait changer la donne.

Un fonds léthargique depuis sa création

Le Fonds d’éducation et de sensibilisation en matière de cannabis a été annoncé par le gouvernement libéral de Brian Gallant en mars 2018, quelques mois avant la légalisation à l’échelle canadienne.

L’initiative avait comme objectif d’appuyer la recherche et le développement, ainsi que la mise en œuvre et la prestation de programmes et de politiques liés à l’utilisation responsable du cannabis à des fins récréatives.

La ministre des Finances de l’époque, Cathy Rogers, avait alors annoncé une contribution gouvernementale de 250 000 $ pour permettre le démarrage du Fonds.

Le reste du financement provenait des quatre fournisseurs de cannabis de la province, qui s’étaient entendus avec Fredericton pour lui verser 2 % de leurs revenus bruts.

Lors de sa première année d’existence, le Fonds d’éducation et de sensibilisation en matière de cannabis a été doté d’un budget de 1,075 million de dollars. Cette somme est passée à 1,1 million de dollars l’année suivante et à 1,4 million de dollars en 2020-2021.

Mais selon des données du ministère des Finances, le projet n’a pas récolté un grand succès. Sa porte-parole, Jennifer Vienneau, rapporte que seulement deux propositions ont été reçues au cours des deux premières années.

Elles ont été acceptées et les demandeurs ont reçu respectivement 25 000 $ et 21 000 $, pour un total de 46 000 $. Cela représente seulement 2 % des fonds disponibles au cours des années 2018-2019 et 2019-2020.

Le député libéral Robert McKee vêtu d'Kun manteau noir. Il regarde à sa gauche.

Le député libéral Robert McKee critique la suspension du Fonds (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Une décision dénoncée par l'opposition

Le porte-parole de l’opposition officielle, le député libéral Robert McKee, se dit déçu par cette décision du gouvernement progressiste-conservateur.

Privatisation ou pas, le gouvernement provincial doit éduquer et sensibiliser le public, selon lui.

Même si on va vers la privatisation du modèle, il y aura toujours un besoin d’éducation et de sensibilisation. La responsabilité du gouvernement va demeurer, affirme-t-il.

Robert McKee ajoute que le gouvernement aurait pu en faire plus pour faire connaître cette initiative et trouver des projets à financer.

On aurait dû mieux faire la promotion du Fonds, on aurait peut-être même pu être plus proactifs comme gouvernement, on aurait pu faire des initiatives dans le système scolaire, des choses comme ça, où on aurait pu dépenser ces fonds.

Une citation de :Robert McKee, porte-parole de l'opposition officielle

Le chef du Parti vert, David Coon, affirme que la suspension n’est pas acceptable et que le gouvernement doit avoir une bonne stratégie de communication efficace afin de réduire les impacts sur la santé.

Selon lui, cela est très important. David Coon croit que le gouvernement provincial – qui détient le monopole de la vente de cannabis dans la province – n’a jamais vraiment souhaité de la sensibilisation et de l’éducation sur le cannabis depuis que Blaine Higgs est au pouvoir.

Le chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin, n’était pas disponible pour une entrevue. Sa porte-parole nous a fait parvenir une déclaration écrite.

1,1 million de dollars pour la sensibilisation et l’éducation en matière de cannabis, cela semble être une mauvaise utilisation de fonds gouvernementaux. Le fait que seulement deux demandes ont été reçues en deux ans le prouve, affirme M. Austin.

Il accueille donc favorablement la suspension du fonds. Je suis content d’apprendre qu’il a été suspendu. Il n’aurait probablement jamais dû être lancé, puisqu’il y a de nombreux autres services importants qui ne sont pas financés adéquatement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !