•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année déterminante pour l’industrie du cannabis au Nouveau-Brunswick

Un plan de cannabis.

L'année 2021 s'annonce déterminante pour les producteurs de cannabis.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

L'industrie du cannabis est en pleine transformation au Nouveau-Brunswick, comme dans le reste du pays, et son visage risque de changer en 2021.

Après l'euphorie du départ, les entreprises cherchent maintenant à demeurer rentables dans une industrie en surproduction.

Pour les entreprises du secteur, notamment celles établies au Nouveau-Brunswick, 2021 sera l'année du « Ça passe ou ça casse ».

Mathieu Roy.

Mathieu Roy, vice-président responsable de la gestion des actions chez Placements Louisbourg

Photo : LinkedIn / Profile: Linkedin

C’est assez rare de voir une industrie naître devant nos yeux. On a vu la légalisation de l’industrie et beaucoup d'excitation au début.

Une citation de :Mathieu Roy, vice-président chez Placements Louisbourg

Un départ canon

L’industrie a vécu une croissance exponentielle après la légalisation, en octobre 2018, de la production et de la vente du cannabis au Canada.

Sur le site web de Santé Canada, on dénombre aujourd'hui pas moins de 592 titulaires de permis au pays.

Dans le lot, il y a certainement une majorité de petits producteurs, mais on retrouve aussi plusieurs grandes entreprises qui ont investi des sommes d'argent colossales pour monter leur production.

Certaines se sont même inscrites à la bourse pour attirer des investissements, ce qui a fonctionné avec la forte spéculation boursière observée au tout début.

Au Nouveau-Brunswick, on compte 15 titulaires de permis.

Les entreprises les plus connues et qui emploient le plus grand nombre de travailleurs sont Zenabis à Atholville, Organigram à Moncton et Canopy Growth à Fredericton.

Du rêve à la réalité

La frénésie des premiers temps s'est peu à peu estompée pour faire place à la dure réalité économique.

Même si la consommation canadienne de cannabis a sensiblement augmenté au Canada en 2020 à cause de la pandémie, il y a encore une surcapacité de production de cannabis au pays.

Cette situation a eu comme conséquence que les gros joueurs de cette industrie ont accumulé d'importantes pertes financières et ont aussi vu leur valeur boursière dégringoler.

L'usine de Zenabis à Atholville

L'usine de Zenabis à Atholville

Photo : Radio-Canada

A titre d'exemple, l'action de Zenabis valait 5,60 $ à la fin de 2018. Aujourd'hui, elle est évaluée à 0,12 $.

Du côté d'Organigram, l'action valait 10,73 $ en mai 2019. Aujourd'hui, le même titre vaut 2,34 $.

Ces entreprises ont donc dû prendre des décisions difficiles en 2020.

Quelques voitures sont garées devant l'usine.

Les installations du producteur de cannabis Organigram à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC/Shane Magee

Organigram a mis à pied 220 employés en juillet, soit le quart des travailleurs de son usine de Moncton.

À la fin de l'année, l'entreprise a aussi annoncé des profits inférieurs à ce qui était prévu.

Zenabis de son côté, a aussi mis à pied quelques dizaines d'employés au printemps 2020 à Atholville.

L'entreprise, dont le siège social est en Colombie-Britannique, se retrouve aujourd'hui au cœur d'une bataille financière. Un concurrent, Sundial Growers de l’Alberta, a s'est chargé d'une dette importante de l’entreprise afin de forcer une fusion des deux entreprises.

Pour ce qui est de Canopy Growth, l'entreprise a fermé plusieurs usines au Canada, dont celle de Fredericton, en novembre.

La prochaine année risque d'en être une où on verra de grands changements dans cette industrie, selon Mathieu Roy, de Placements Louisbourg.

Je pense qu'on passe au travers d'une période où on va déterminer qui seront les gagnants et les perdants.

Une citation de :Mathieu Roy, vice-président chez Placements Louisbourg

Plusieurs observateurs estiment que 2021 sera une année de consolidation et de restructuration dans l'industrie du cannabis partout au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !