•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture des écoles : une annonce prévue pour mercredi

Doug Ford en point de presse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, a annoncé ses intentions lundi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« Le gouvernement donnera la certitude que les parents méritent en annonçant mercredi les dates de réouverture » des écoles, a dévoilé le ministre de l'Éducation de l'Ontario lundi après-midi.

De plus, le premier ministre ontarien, Doug Ford, a exprimé son intention de rouvrir les écoles qui sont toujours fermées le 10 février prochain.

Les écoles du Grand Toronto et de la région de Windsor sont toujours fermées. Depuis la fin du congé des Fêtes, en janvier, les élèves de ces régions poursuivent leur apprentissage en ligne.

À l'heure actuelle, les écoles en Ontario sont rouvertes dans le nord et dans plusieurs régions du sud et de l'est de la province, y compris à Ottawa depuis lundi.

Toutefois, dans d'autres secteurs, comme Toronto, Peel, York, Hamilton et Windsor-Essex, les élèves attendent toujours de pouvoir retourner sur les bancs d'école.

Le premier ministre Doug Ford dit que son objectif demeure que toutes les écoles soient rouvertes le 10 février.

Je sais que les parents veulent que les enfants retournent à l'école et les élèves veulent retourner à l'école. On veut qu'ils puissent y retourner. Nous attendons d'avoir le feu vert à 100 % du Dr Williams [médecin hygiéniste en chef de l'Ontario] et des chefs de la santé publique dans les zones chaudes.

Une citation de :Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Manque d'enseignants

Une classe vide avec, en avant-plan, une bouteille de désinfectant.

Les écoles du Grand Toronto et de la région de Windsor sont fermées depuis le temps des Fêtes.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dans le but de s'attaquer à la pénurie d'enseignants causée par la pandémie, le gouvernement Ford annonce également la création d'un certificat temporaire pour les étudiants en enseignement, leur permettant de travailler comme remplaçants dans les classes.

Nombre d'écoles sont à court d'enseignants depuis la rentrée à cause de l'absentéisme lié à la COVID-19 et le fait que les conseils scolaires en Ontario doivent offrir à la fois des cours en classe et en ligne.

Ce nouveau certificat temporaire vise à fournir une stabilisation temporaire du personnel et à venir en aide aux écoles de l’Ontario qui connaissent des pénuries de suppléants et de l’absentéisme en raison de la COVID-19, indique le ministère de l'Éducation.

Selon le ministère de l'Éducation, jusqu'à 2000 étudiants en enseignement pourront faire des remplacements dans les écoles grâce au nouveau certificat temporaire.

En guise de comparaison, un peu plus de 5500 étudiants ont reçu leur diplôme d'enseignant en 2019, selon l'Ordre des enseignants de l'Ontario.

Pour être admissible, l'étudiant devra entre autres être inscrit à un programme en enseignement de l’Ontario et avoir terminé une partie d'un stage. Les éducateurs qui détiennent un brevet en enseignement d'une autre province sont aussi admissibles.

L'Ordre des enseignants espère pouvoir évaluer les candidatures reçues en 30 jours ou moins.

Le certificat temporaire doit prendre fin le 31 décembre 2021.

L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) se plaint comme d'autres syndicats d'enseignants de ne pas avoir été consultée au préalable, mais espère que le nouveau certificat temporaire aidera à pallier la pénurie actuelle de personnel.

Plusieurs conseils scolaires se réjouissent de l'initiative.

Ceci leur permettra de travailler en tant que suppléants dans les écoles, ce qui répondra à la pénurie actuelle. Cette mesure permettra d’accroître le bassin potentiel d’enseignants qualifiés, dit la porte-parole du Conseil MonAvenir, Mikale-Andrée Joly.

Nous accueillons favorablement cette annonce qui nous permettra de recruter de nouveaux talents tout en sécurisant les étapes de professionnalisation des membres du personnel des écoles, affirme Sylvie A. Landry, présidente du Conseil Viamonde.

Plus de dépistage

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, a également annoncé lundi un financement additionnel pour faire plus de dépistage asymptomatique dans les écoles, grâce à un mélange de tests traditionnels nasopharyngés et de tests rapides.

Jusqu'à 50 000 tests par semaine pourront être effectués, indique la province, qui n'a toutefois pas fixé d'échéancier ou de cible quant au nombre d'écoles où le personnel et les élèves pourront subir un test de dépistage même s'ils n'ont pas de symptômes.

Il reviendra aux autorités locales de santé publique de décider dans quelles écoles un dépistage asymptomatique sera fait.

Contrairement au projet pilote mené l'an dernier qui était limité aux zones chaudes de Toronto, de Peel, de York et d'Ottawa, tous les bureaux de santé publique de la province seront admissibles cette fois-ci.

Le bureau de santé publique de Toronto ne sait pas pour l'instant combien d'écoles de la ville pourraient être ciblées. Étant donné que l'annonce vient juste d'avoir lieu, il faudrait communiquer à nouveau avec nous plus tard cette semaine, explique une porte-parole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !