•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légère baisse du nombre de suicides au Québec en 2018

Silhouette d'un jeune déprimé devant un cours d'eau.

Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans, après les accidents.

Photo : getty images/istockphoto / stevanovicigor

Le Québec a connu 1054 suicides en 2018, dont 74 % touchent des hommes. Un chiffre alarmant, mais qui montre que le taux de mortalité par suicide se stabilise dans la province, selon les plus récentes statistiques.

L'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), l'Institut national de santé publique (INSPQ) et le Bureau du coroner ont dévoilé lundi les plus récentes données sur le suicide dans le cadre de la Semaine de prévention du suicide.

Ces données montrent que le taux de suicide a stagné au Québec ces dernières années, avec environ trois suicides par jour en moyenne en 2018, soit 12,6 suicides par 100 000 habitants. Il s'agit d'une légère baisse par rapport à 2016 (13,4) et 2017 (12,8).

Les hommes sont toujours surreprésentés, avec un taux de suicide trois fois plus élevé que celui des femmes. Ils sont 790 à s'être enlevé la vie en 2018 et représentaient 7 suicides sur 10.

Il y a vraiment une stagnation depuis quelques années, précise Jérôme Gaudreault, directeur de l'AQPS. D'un côté, ça nous rassure parce que la situation n'empire pas. Mais d'un autre côté, on se demande qu'est-ce qu'on doit faire pour faire en sorte qu'on réussisse à avoir une baisse significative.

Les services d'aide, comme une ligne téléphonique accessible en tout temps, ont contribué à cette stagnation, d'après M. Gaudreault. La mise en place de services ciblés chez certaines populations, comme chez les agriculteurs, permettra aussi de diminuer le nombre de suicides, selon lui.

Une femme est installée à un bureau où se trouve un ordinateur. Elle parle au téléphone.

Les responsables des lignes d'aide en santé mentale encouragent tous ceux qui en ont besoin à ne pas hésiter pour aller chercher de l'aide.

Photo : Fournie par Crisis Intervention and Suicide Prevention Centre of B.C

Hausse des hospitalisations chez les jeunes

Le rapport de l'INSPQ note une tendance à la hausse des hospitalisations à la suite d'une tentative de suicide chez les 15 à 19 ans. En 2018, 2320 jeunes ont été hospitalisés, soit environ 10 hospitalisations par jour. En 2019, 2169 adolescents se sont retrouvés à l'hôpital après une tentative de suicide.

Chez les adolescentes, ce taux [d'hospitalisation] a plus que doublé depuis 2008.

Une citation de :Rapport sur le suicide au Québec, INSPQ

Environ 20 % des adolescents hospitalisés ont été admis à l'hôpital plus d'une fois pour une tentative de suicide dans les 10 dernières années Les hospitalisations sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes.

Pas de hausse durant la pandémie

Même si les chiffres ne sont pas encore disponibles pour 2020, pour l'instant, rien ne laisse envisager une hausse du nombre de suicides durant la pandémie, précise M. Gaudreault. L'AQPR n'est toutefois pas prête à tirer des conclusions étant donné que 75 % des investigations des coroners pour 2020 sont en cours, à ce jour.

Plan rapproché de Jérôme Gaudreault devant une affiche sur laquelle on peut lire : Ensemble on peut prévenir le suicide.

Jérôme Gaudreault est le directeur général de l'Association québécoise de prévention du suicide.

Photo : Radio-Canada

Malgré une hausse de l'isolement, du stress et de l'anxiété, plusieurs facteurs peuvent expliquer qu'on ne constate pas plus de suicides, selon Jérôme Gaudreault, directeur général de l’AQPS.

La capacité de la population à s’adapter aux mesures sanitaires, l’appel massif de la population à se tourner vers les ressources d’aide et l’espoir, car on sait qu’il y aura éventuellement une fin à la pandémie, ont certainement contribué à adoucir les facteurs de risque.

Besoin d'aide?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !