•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des légumes verts poussent au cœur de l’hiver à Bury

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le couple se trouve dans une serre garnie d'une végétation luxuriante.

Marilyn Ouellet et Frédéric Verville cultivent des légumes en hiver grâce à une serre chauffée à basse température.

Photo : Radio-Canada / Pierrick Pichette

Radio-Canada

À la ferme Coq à l’âne de Bury, la verdure pousse été comme hiver grâce à une serre chauffée à basse température. Avec ses installations, le couple peut livrer des centaines de paniers de légumes en plein mois de janvier.

C’est le premier hiver que les propriétaires de l’entreprise se lancent le défi produire à l’année.

L’expérience de cette ferme estrienne vient démolir certains mythes tenaces au sujet de l’agriculture québécoise, dont le problème de la faible luminosité au cœur des mois d’hiver.

On a fait une récolte de rabioles en décembre, puis on a déjà repassé en janvier. Dans cette période-là, il n'y a pas du tout de lumière et malgré tout il y a des légumes qui arrivent à pousser dans ces conditions-là.

Frédéric Verville, agriculteur

Des légumes les plus communs, jusqu’aux moins connus, leurs récoltes connaissent énormément de succès auprès de leur clientèle.

On n'a eu que des commentaires positifs sur un de nos légumes, les gens capotent sur nos céleris, qui sont immenses, s’enthousiasme Marilyn Ouellet.

Leur travail porte fruit, puisqu’ils arrivent à nourrir tout près de 70 familles chaque semaine, un chiffre qui pourrait doubler dès l'an prochain avec la construction d’une deuxième serre.

Une serre chauffée à la biomasse

Chaque jour, les deux fermiers calculent soigneusement le bois nécessaire pour chauffer leur serre afin de prévenir le gel des plants. On chauffe vraiment la serre au minimum, autour de 2 degrés, souligne Marilyn Ouellet.

Malgré tout, la surveillance est de mise dans la serre afin d’assurer un environnement idéal pour la pousse des légumes.

Il faut garder l’humidité à un niveau qui ne va pas favoriser les maladies, souvent pendant la nuit, il faut partir la ventilation pour faire entrer de l’air sec et combiné au chauffage, ça baisse le niveau d’humidité dans la serre.

Frédéric Verville, agriculteur

Les deux agriculteurs ont choisi le chauffage au bois, qui est une solution plus économique que le propane couramment utilisé dans l’industrie. Selon eux, cette option aide à la rentabilité de leurs activités.

Repenser le rythme de travail

Grâce à cette pratique plutôt rare, ces agriculteurs souhaitent profiter d’un été plus tranquille et peut-être même de prendre des vacances.

L'objectif c'était vraiment une réduction de la charge de travail qui était concentrée l'été, donc là on l'étend pendant toute l'année. On a espoir qu'on va pouvoir profiter un peu de nos étés pour visiter notre Québec, espère la productrice.

Les cultures d’hiver sont moins capricieuses, constatent les fermiers. Pour résister au froid, les légumes sélectionnés sont plus résistants et demandent moins d'entretien. Ici, on sème, on fait un peu de désherbage et on récolte, se réjouit Frédéric Verville.

Cet été, les fermiers tenteront même de délaisser les traditionnelles cultures de tomates et de concombres, qui demandent beaucoup d'entretien. Ils se lanceront plutôt dans l’expérimentation en faisant pousser des arachides qui garniront leur assiette et engraisseront leur sol pour l’hiver prochain.

D’après le reportage de Pierrick Pichette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !