•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conflit entre deux gangs de rue perturbe la population dans l'est de Montréal

Le Service de police de la Ville de Montréal a reçu un appel vers 17 h 30 le samedi 30 janvier concernant une fusillade à Montréal-Nord.

Le Service de police de la Ville de Montréal a reçu un appel vers 17 h 30 le samedi 30 janvier concernant une fusillade à Montréal-Nord.

Photo : Radio-Canada / KOLYA H. GUILBAULT, Caméraman

Pas moins de trois fusillades ont éclaté au cours du week-end dans les arrondissements de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies. Ces événements violents sont liés à un conflit entre deux gangs de rue.

Selon nos informations, deux gangs de rue, la Section 43 et les Profits Boyz, sont à l'origine de cette flambée de violence. Cette guerre rappelle que les luttes de pouvoir gangrènent toujours les relations entre les différents groupes affiliés aux Rouges.

Pour restaurer la sécurité dans certains quartiers chauds, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait ajouté l'automne dernier des ressources sur le terrain en lançant une escouade permanente contre le trafic d'armes à feu.

Après une certaine accalmie, les coups de feu ont recommencé à retentir samedi soir.

Vers 17 h 30, un homme de 26 ans atteint au haut du corps par un coup de feu est devenu la victime du troisième homicide à survenir sur le territoire du SPVM en 2021.

L'homme n'a eu aucune chance lorsque, vers 17 h 30, trois ou quatre individus se sont approchés de lui rue Martial, près de l'intersection avec l'avenue des Récollets, dans l'arrondissement de Montréal-Nord.

Plusieurs voitures de police stationnées avec leurs gyrophares allumés dans une rue en pleine nuit.

Le SPVM enquête sur le troisième homicide à survenir sur son territoire en 2021. La victime est un homme de 26 ans qui a été abattu rue Martial, à Montréal-Nord.

Photo : Radio-Canada / KOLYA H. GUILBAULT, Caméraman

Le groupe d'assaillants a ouvert le feu pour ensuite prendre la fuite à bord d'un véhicule foncé garé non loin de là.

Une réplique rapide

Nos sources policières sont formelles : la réplique à cet attentat s'est produite presque immédiatement, dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies.

Vers 19 h, un homme de 20 ans a été atteint par balle alors qu'il était au volant de sa voiture, à l'angle du boulevard Gouin et de la 56e Avenue.

Il a été transporté d'urgence à l'hôpital. On ne craint pas pour sa vie.

Une voiture de police avec les gyrophares allumés devant un ruban orange délimitant un périmètre de sécurité.

Le Service de police de la Ville de Montréal a été appelé à l'angle du boulevard Gouin et de la 56e Avenue.

Photo : Radio-Canada / Kolya H. Guilbault

Les deux individus victimes de coups de feu samedi soir sont connus des policiers.

C'est également le cas d'un troisième individu qui a été atteint au haut du corps vers 18 h 15, dimanche soir, près de la place Louis-Chartier, dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies.

L'homme de 25 ans a été pris pour cible au volant de son véhicule. Le SPVM signale que ses blessures sont mineures.

Selon nos informations, ces groupes affiliés aux Rouges se font la guerre dans l'est de Montréal depuis les derniers mois.

Poignardé pour un cellulaire

Par ailleurs, vendredi soir, une sauvage agression à l'arme blanche, qui pourrait être reliée aux gangs de rue, a eu lieu dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies.

Un adolescent de 16 ans sans histoire a reçu plusieurs coups de couteau vers 17 h 30, alors qu'il se déplaçait dans la rue des Capucins, près de la 84e Avenue.

Selon nos informations, la victime aurait simplement refusé de remettre son téléphone cellulaire à un groupe de jeunes croisé par hasard.

Plusieurs voitures sont stationnées dans la rue où un périmètre de crime a été érigé.

La victime, un adolescent de 16 ans, a subi de graves blessures à la suite de l'altercation.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Grégoire

Cette agression rappelle tristement le degré de violence gratuite qui règne au sein de certains groupes de jeunes.

Les policiers espèrent pouvoir compter sur des caméras de surveillance du secteur pour retrouver les responsables de cette attaque gratuite.

La victime de 16 ans a frôlé la mort durant les premières heures de son hospitalisation. Heureusement, son état s'est stabilisé au cours de la fin de semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !