•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Vancouver, une campagne de vaccination cible des résidents du Downtown Eastside

Un homme passant devant un mur où l'on a peint une invitation pour la clinique de vaccination.

Les résidents vulnérables du Downtown Eastside ont été encouragés à se faire vacciner contre la COVID-19 ce week-end.

Photo : Radio-Canada / Cory Correia

Radio-Canada

La régie de la santé Vancouver Coastal a commencé à offrir des vaccins contre la COVID-19 à des résidents vulnérables du Downtown Eastside dans le cadre de la deuxième phase du plan d'immunisation provincial.

Les cliniques de vaccination ont commencé vendredi à quatre endroits : le Carnegie Center, le Downtown Community Health Centre, l'Union Gospel Mission et le Pender Community Health Centre. Elles ciblent les sans-abri et les résidents de refuges, d’hôtels à occupation simple ou de logements subventionnés.

D'après Trey Helten, directeur de la Overdose Prevention Society, la régie donne la priorité aux habitants du quartier, car beaucoup ont de graves problèmes de santé.

Ils ne peuvent pas s'isoler, ils sont donc très vulnérables et extrêmement à risque. Il [faut qu'ils soient prioritaires] pour ne pas surcharger nos hôpitaux.

Une citation de :Trey Helten, Overdose Prevention Society
Une dizaine de personnes font la queue pour se faire vacciner contre la COVID-19.

Quelques personnes hésitent à se faire vacciner, selon lui, mais la plupart des gens se rendent immédiatement aux cliniques.

Samedi, il y avait de longues files d'attente au Carnegie Center. La Mission Union Gospel a déclaré que près de 200 sans-abri ou vivant dans des refuges ont pu se faire vacciner dans leur immeuble.

Le Dr Brian Conway, directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver, affirme que c’est une bonne chose d’aller vacciner dans la communauté, qui a été fortement touchée par la maladie. Les tests sérologiques que notre centre a complétés démontrent que jusqu’à 50 % des résidents du Downtown Eastside ont peut-être été contaminés à un moment donné, précise-t-il.

Le médecin s’inquiète cependant du suivi qui sera fait pour les deuxièmes doses de vaccin étant donné qu’il s’agit d’une population hautement mobile.

Je pense qu’il faut le faire de façon systématique d’une part et d’avoir en place un excellent système pour s’assurer qu’ils vont revenir dans quelques semaines, soutient-il. Il y a un risque significatif de les perdre de vue et de ne pas pouvoir administrer une deuxième dose.

Avec les informations de Cory Correia et de William Burr

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !