•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec se prépare à une « atténuation graduelle du délestage » dans les hôpitaux

Médecins et infirmières portant des blouses chirurgicales, des lunettes et des masques se préparent à une intervention chirurgicale.

Le réseau de la santé québécois est à 50% de ses capacités normales en ce moment.

Photo : Getty Images

Anaïs Brasier

Avec la baisse des hospitalisations dues à la COVID-19 depuis une dizaine de jours, le gouvernement invite les établissements de santé à « évaluer l’organisation d’une atténuation graduelle du délestage des activités », dans une lettre envoyée vendredi et signée par la sous-ministre adjointe de la Santé, Lucie Opatrny.

En ce moment, le réseau de la santé québécois effectue des chirurgies non liées à la COVID-19 à environ 50 % de sa capacité normale. L’objectif du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) est de remonter à 60-70 %.

À Montréal, où la COVID-19 sévit particulièrement, le réseau est plutôt à 30-40 % de ses capacités normales. Le MSSS souhaite remonter à 50-60 %.

Il est à noter que des ententes avec des cliniques médicales spécialisées ont été conclues pour continuer les chirurgies autant que possible malgré l’engorgement des hôpitaux. Ainsi, 10 % des chirurgies sont réalisées grâce à ces ententes depuis le début de la pandémie.

Selon Marjaurie Côté Boileau, attachée de presse du ministre de la Santé, ce sont les mesures des dernières semaines qui ont permis de diminuer la pression sur le réseau de la santé, menant à une baisse des hospitalisations.

Les prochaines étapes dès le 1er février

Le MSSS propose donc dans sa lettre de commencer l’atténuation graduelle du délestage dès cette semaine, en commençant par des rencontres avec les directions des établissements publics de santé et de services sociaux pour discuter des enjeux et des solutions potentielles pour faciliter l’atteinte des objectifs proposés.

Les équipes devront ensuite remettre un plan [...] incluant des délais réalistes. Il leur est enfin suggéré d’identifier certains lits, notamment pour la chirurgie.

La sous-ministre adjointe reconnaît cependant que tous les établissements de santé ne pourront pas atteindre ces objectifs au même rythme.

Nous savons que vos équipes ont été sollicitées et présentent une certaine fatigue après 11 mois de gestion de la COVID-19, écrit Lucie Opatrny. Ces cibles pourront être modulées pour chaque établissement.

Par ailleurs, la lettre précise que les plans proposés devront permettre un retour à une capacité COVID-19 [...], puisque nous ne sommes jamais à l’abri d’une augmentation de cas.

Nous faisons confiance aux équipes sur le terrain pour moduler la directive en fonction de leur capacité et de leur réalité régionale, conclut quant à elle Marjaurie Côté Boileau.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !