•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surdoses d’opioïdes mortelles : les pires 24 heures de l’histoire de Toronto

Deux mains qui tiennent une seringue.

La crise d'opioïdes qui sévit au Canada a causé plus de 17 000 morts de surdoses ces quatre dernières années, selon Joe Cressy, conseiller municipal de Spadina-Fort York.

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Nicolas Haddad

Joe Cressy, conseiller municipal à Spadina-Fort York, tire la sonnette d'alarme après un triste record de surdoses d'opioïdes en 24 heures à Toronto cette fin de semaine.

Dans la nuit du vendredi 29 janvier au matin du samedi 30 janvier, les services paramédicaux de Toronto ont répondu à 40 appels pour des surdoses présumées, avec trois décès.

Il s'agit d'un triste nouveau record pour la ville depuis que le service de santé publique de Toronto a commencé à recueillir ces données en 2017.

Ils sont en conférence de presse.

Le conseiller Joe Cressy aux côtés de la Dre Eileen de Villa, la médecin hygiéniste de la ville.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Le mois de décembre 2020 a marqué le plus grand nombre de décès par surdose à Toronto en un seul mois, et janvier va le dépasser a déclaré le président du Conseil de la santé de la Ville de Toronto, le conseiller Joe Cressy.

« Ce n'est rien de moins qu'un carnage dans nos rues. C'est une urgence de santé publique, et nous payons un prix mortel pour l'inaction. »

— Une citation de  Conseiller Joe Cressy, président du Conseil de la santé de la Ville de Toronto

Selon ce dernier, une grande partie des appels récents concernant les surdoses impliquent des contaminants toxiques provenant du marché non réglementé des médicaments.

Le conseiller Cressy estime que pour surmonter cette crise qui guette la Ville-Reine, comme des centaines d'autres municipalités au Canadala voie à suivre passe par un meilleur accès aux traitements et aux initiatives de réduction des risques, y compris des programmes d'approvisionnement plus sûr et la décriminalisation des substances.

Il est temps de traiter la crise des surdoses comme un problème de santé plutôt que comme un problème de justice pénale.

Une tendance déjà à la hausse qui s'aggrave depuis la pandémie

Un homme se prépare une consommation de drogue.

La crise des opioïdes fait rage au Canada. Ici, un homme se prépare une consommation de drogue. (archives)

Photo : Radio-Canada

Dans une déclaration publiée dimanche matin, le conseiller Cressy affirme que depuis plus de quatre ans, nous avons vu la crise des surdoses se propager dans notre ville, notre province et notre pays. Plus de 17 000 Canadiens sont morts.

Plus tôt cette semaine, la Santé publique de Toronto (TPH) a révélé qu’au mois de décembre 2020, les Services paramédicaux de Toronto ont répondu à 34 appels pour des surdoses d'opioïdes présumées, qui se sont soldées par des décès.

Il s’agissait d’un nombre record, et représentait la pire perte de vies due à la crise des opioïdes en un mois depuis que TPH a commencé à colliger ces données en 2017.

TPH indique que d’une façon générale, les appels aux ambulanciers paramédicaux en raison de surdose d'opioïdes mortelle suspectée étaient 90 % plus élevés en 2020 qu'en 2019, suggérant que la crise des opioïdes s'est intensifiée pendant la pandémie de COVID-19.

Les données du Bureau du coroner en chef de l'Ontario ont confirmé 341 décès dus à des opioïdes à Toronto entre le 1er janvier et le 30 septembre 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !