•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une tente de pêcheur est installée sur le lac Upper Kananaskis.

Avec la popularité de la pêche hivernale cette année, les tentes de pêcheurs se multiplient sur les lacs gelés.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Profiter de la nature est l'une des réponses à la vie compliquée imposée par la pandémie et ses restrictions. L’hiver venu en Alberta, cet engouement ne semble pas retomber et c’est à la pêche sur glace d’en profiter.

On entend la glace. Elle gronde.

Louis Bellemare et son traîneau chargé de matériel s’avancent sur l'immensité gelée du lac Upper Kananaskis. Le soleil se lève à peine et le thermomètre indique -26 degrés Celsius.

Aussi longtemps qu’il se souvienne, il a toujours pêché. Depuis l’enfance, avec son père et son grand-père à Trois-Rivières au Québec, mais c’est depuis qu'il s'est installé en Alberta qu’est née une véritable passion, celle de trouver des ruisseaux, des rivières inexplorées dans un décor incroyable été comme hiver.

Louis Bellemare est en train de pêché dans sa tente.

Louis Bellemare est un passionné de pêche. Il a commencé au Québec avec son père et son grand-père, mais c’est depuis qu'il s'est installé en Alberta qu’est née une véritable passion qu'il partage aujourd'hui avec son fils.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Ce matin-là, face aux Rocheuses, avant même de sortir la moindre canne à pêche, il en profite.

La pêche c’est un bonus, dit-il. Juste les montagnes, c’est extraordinaire avec le lever de soleil.

Mais au loin, plusieurs autres groupes avancent déjà sur la glace. Si Louis Bellemarre se félicite de voir les gens profiter des activités en nature, cette année, il constate que la pandémie a fait naître des vocations et que l'arrière-pays compte bien plus de pécheurs qu'à l'accoutumée.

J’imagine que les skis de fond se vendent plus qu’avant, les raquettes se vendent plus qu’avant, et bien l’équipement de pêche aussi, affirme-t-il.

Par -26 degrés Celsius, on a une douzaine de pêcheurs sur la glace et normalement à cette température, on en verrait deux.

Une citation de :Louis Bellemare, pêcheur

Entre distanciation sociale, activité physique et effets bénéfiques pour la santé mentale, le plein air attire de plus en plus de Canadiens. La pêche hivernale n'échappe donc pas au phénomène.

Une tente est installée sur le lac Upper Kananaskis. Un traîneau chargé de matériel est placé à côte.

La pêche hivernale nécéssite de bien s'équiper pour en profiter en sécurité.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Des risques pour la population de poissons?

Une popularité que confirment les chiffres d’Environnement et parcs Alberta. Pour la saison de pêche 2020-2021 qui s’étend jusqu’au 31 mars, 315 000 licences de pêche sportive ont été vendues, soit une augmentation de 30 % par rapport à la saison précédente. Un nombre qui continue de grandir puisque les ventes se poursuivent et que plus de 7000 licences ont été vendues ces deux dernières semaines environ.

Cette affluence de pêcheurs, été comme hiver donc, n’est pas forcément problématique et la situation est suivie de près, selon Jason Cooper, biologiste des pêches pour Environnement et parcs Alberta.

Il y a certains signaux d'alerte, admet-il. Si ce nombre continuait d’augmenter, nous devrons peut-être prendre des mesures pour ajuster les règles et éviter une trop forte pression sur la population de poissons, ou si leur nombre déclinait.

Image d'un leurre placé sur un hameçon au bord de la glace.

La pêche n'est pas seulement une question de patience. Les stratégies sont aussi nombreuses que les leurres et autres hameçons.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Pour l’expert, ce n’est qu’avec l’arrivée des vaccins et lorsque les restrictions seront levées que les biologistes pourront voir dans quelle mesure la popularité n’était qu’un effet COVID ou si elle va perdurer.

Il rappelle aussi à la population de bien se renseigner sur la pratique d’une telle pêche grâce à la documentation et aux tutoriels mis à disposition (en anglais), pour être bien équipés et bien préparés avant de s’aventurer sur la glace.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !