•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop de loyers impayés à Saskatoon et Regina, selon la SCHL

Une pancarte indiquant un logement à louer.

Selon des données du mois d'octobre 2020 publiées par la Société d'hypothèques et de logement (SHCL), à Saskatoon, 445 locataires étaient en retard dans leurs paiements et c'est plus du double à Regina, soit 983.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Les données annuelles de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) révèlent que des centaines de locataires accusent un retard de paiement des loyers à Saskatoon et Regina.

Les données publiées jeudi ont été recueillies dans le cadre d'une enquête menée en octobre 2020 auprès des propriétaires et des gestionnaires immobiliers.

La SCHL a constaté d’importantes différences dans le nombre d'arriérés à Saskatoon et à Regina.

À Saskatoon, 445 locataires étaient en retard dans leurs paiements, mais à Regina, ils étaient 983.

La pandémie a mis beaucoup de pression sur les propriétaires et les locataires, et elle a vraiment exigé beaucoup de collaboration au cours des 12 derniers mois, car nous avons dû faire face à un moratoire sur les expulsions, à des pertes d'emplois et, bien sûr, à des mesures de nettoyage renforcées, à l'éloignement physique et à toute une série d'autres restrictions qui ont eu des répercussions tant sur les propriétaires que sur les locataires, selon le président de l’Association des propriétaires de la Saskatchewan, Cameron Choquette.

L'Association représente plus de 50 000 logements locatifs dans toute la province et compte environ 550 membres.

Le total des arriérés de Regina, soit 6,6 % est légèrement supérieur au taux national, qui est de 6,1 %. En revanche, Saskatoon se situe à moins de la moitié du taux national.

M. Choquette explique que l'emploi est probablement le principal facteur entraînant les retards, et qu'il y aurait très probablement plus de pertes d'emplois à Regina en 2020, par rapport à Saskatoon.

Il est important que les propriétaires et les locataires continuent à communiquer sur ces arriérés de loyer pour signer des modalités de paiement ou des accords de report afin que ces arriérés puissent être payés sur une plus longue période, recommande M. Choquette.

Augmentation de loyer et pauvreté

Selon Peter Gilmer qui milite au sein du groupe caritatif Regina Anti-Poverty Ministry, il y a également eu une augmentation des loyers dans la province.

Au cours de l'année dernière, nous avons continué à voir les loyers augmenter et en même temps, nous ne voyons pas les revenus des personnes vivant dans la pauvreté s'aligner. Nous continuons à avoir le salaire minimum le plus bas du pays, regrette M. Gilmer.

Il explique que les personnes handicapées et les familles à faible revenu sont les plus touchées tout en évoquant une forte augmentation du nombre d'expulsions.

Le militant ajoute que beaucoup de clients de son agence doivent choisir entre le loyer et les produits de première nécessité comme la nourriture et les médicaments.

Selon M. Gilmer, les conclusions de la SCHL sur les arriérés de loyer à Regina ne sont pas surprenantes.

M. Gilmer a déclaré que le nouveau programme de soutien au revenu de la Saskatchewan (SIS) regroupe le coût du loyer et le coût des services de base comme l'énergie, l'électricité et l'eau en un seul paiement forfaitaire pour le logement, qui ne s'élève qu'à 575 dollars pour le loyer.

Donc, en regardant le loyer moyen d'un appartement d'une chambre à Regina, qui est maintenant de 949 dollars je crois, vous pouvez voir que nous sommes face à un énorme écart pour les personnes qui sont sur les programmes d'aide au revenu, déplore-t-il.

Nous ne voyons pas le gouvernement agir dans les domaines clés qui permettraient d'atténuer les difficultés des personnes à faible revenu.

M. Gilmer a déclaré que le gouvernement provincial doit mettre en place un contrôle des loyers, augmenter le nombre de logements sociaux et s'assurer que les gens ont le soutien nécessaire pour payer leur loyer. 

Avec les informations de Laura Sciarpelletti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !