•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission du directeur général de la Maison Nazareth de Moncton

Jean Dubé, directeur général de la Maison Nazareth de Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Jean Dubé, directeur général de la Maison Nazareth à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo :  CBC / Shane Magee

Radio-Canada

Le directeur général de la Maison Nazareth, Jean Dubé, démissionne après deux années à la tête du plus grand refuge pour sans-abri de Moncton.

Jean Dubé dirige l’organisation depuis que le nouveau bâtiment de la rue Albert a été acheté et rénové en 2019.

Initialement, des services de santé mentale et de toxicomanie devaient être offerts dans cet établissement de 105 lits, mais ces plans ne se sont pas matérialisés.

Le conseiller municipal de Moncton, Bryan Butler, estime que le refuge n’a pas répondu aux attentes que Jean Dubé avait formulées au conseil municipal.

Des lits superposés dans un dortoir.

Le nouveau refuge de la Maison Nazareth, à Moncton au Nouveau-Brunswick, en janvier 2020.

Photo : Radio-Canada

La Maison de Nazareth a reçu 25 000 dollars de la ville sur une période de trois ans se terminant en 2021, et, selon le conseiller municipal, l’installation coûte également de l’argent à la ville d’autres façons.

Il ajoute que la police et les services d’urgence sont appelés dans ce bâtiment presque tous les jours, contrairement à d’autres refuges de la ville.

Bryan Butler estime que si le refuge était mieux doté en personnel, les problèmes pourraient être traités de l’intérieur.

Il manque quelque chose, conclut-il.

Manque de personnel

Jean Dubé est le premier à admettre que le maintien du personnel a été un problème, surtout depuis le début de la pandémie.

Il dit avoir perdu environ la moitié de ses employés dont le salaire de 15 dollars de l’heure est, selon lui, trop bas pour le travail qui leur est demandé.

Jean Dubé ajoute que certaines nuits, deux employés étaient responsables de 85 personnes dans l’établissement, ce qui peut mener au chaos.

Il y a toujours quelque chose qui se passe, dit-il. Nous avons saisi des armes chargées, des couteaux, des drogues, de l’alcool.

Un quartier secoué

En seulement un mois, des personnes hébergées ont même causé 15 000 dollars de dégâts au bâtiment, en défonçant un mur et en causant des dégâts notables dans les salles de bain.

Michael Mann, président de Maritime Door and Window, une entreprise située à environ 300 mètres de la Maison Nazareth, estime que le chaos à l’intérieur du bâtiment s’est aussi répandu à l’extérieur.

Nous avons constaté une augmentation assez marquée de vols, de vandalisme et d’accessoires de consommation de drogues contaminés, dit-t-il.

En mai 2019, Jean Dubé a indiqué à la CBC qu’il avait contacté les entreprises voisines pour les informer des plans du refuge.

Il avait alors déclaré : si vous marchez dans la rue lorsque nous serons pleinement fonctionnels, vous ne saurez même pas qu’il y a un refuge ici, c’est garanti.

Bâtiment incendié et barricadé.

L'ancien refuge de la Maison Nazareth à Moncton a été la cible d'un incendie criminel le 18 février 2020.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Michael Mann affirme qu’il n’a jamais eu de nouvelles de Jean Dubé et que lui et un groupe de quartier formé spécifiquement pour traiter les problèmes liés au refuge ont essayé de parler à Jean Dubé par courriel et au téléphone, mais que celui-ci n’a jamais répondu.

M. Mann espère que le prochain directeur-général sera plus ouvert à la collaboration et qu’il fournira les services dont le refuge pour sans-abri a manifestement besoin.

Jean Dubé convient que celui qui le remplacera devra contacter les entreprises locales et mettre en place des services d’accompagnement pour les personnes ayant besoin d’aide.

Le conseil d’administration de la Maison Nazareth choisira sous peu le successeur de Jean Dubé.

Ce dernier prévoit quitter son poste d’ici la fin du mois de juin.

Avec les informations de Tori Weldon de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !