•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ à la reconquête des régions

Un autocar de campagne du PLQ arrivant devant un restaurant.

Le PLQ souhaite séduire les régions aux prochaines élections générales, qui doivent théoriquement être tenues en 2022.

Photo : Radio-Canada / Bruno Boutin

Le Parti libéral du Québec (PLQ) lance cette fin de semaine une vaste consultation publique dans tout le Québec afin d'élaborer sa charte des régions, qui deviendra son principal outil pour reconquérir l'électorat à l'extérieur de Montréal. « C'est un outil pour permettre aux régions de rêver, de voir grand! », résume sa cheffe Dominique Anglade.

Les libéraux n'ont plus de député à l'est de la métropole depuis la démission du député de Jean-Talon dans la région de Québec, Sébastien Proulx, en 2019.

Pour tenter de remédier à la situation, la cheffe Dominique Anglade veut proposer aux Québécois une charte qui élimine les mesures mur à mur. Elle ne veut plus de politique unique qui s'applique du nord du Québec jusqu'aux Îles-de-la-Madeleine sans égard aux priorités régionales.

La décentralisation, on en parle depuis longtemps, mais là, ça va une étape plus loin, beaucoup plus loin. L'objectif est réellement d'identifier quels sont les leviers de développement et de donner les moyens à chacune des régions selon ses besoins, et de ne plus déterminer ça de Québec mur à mur, explique Dominique Anglade.

Mme Anglade entourée d'élus et de militants.

Dominique Anglade veut des mesures adaptées aux réalités des régions.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour développer cette charte, les militants libéraux vont consulter les Québécois aux quatre coins de la province pour déterminer les manières de cibler les priorités dans chaque région, la façon d'adapter les programmes et les outils pour le faire.

Dans l'esprit de la cheffe libérale, cette charte forgerait les bases de l'économie de l'après-pandémie. Il faut penser au Québec post-COVID! lance-t-elle.

On veut voir l'économie d'une autre manière, une économie durable qui soit inclusive et bien implantée dans nos régions et c'est dans cette optique qu'il faut voir la charte.

Une citation de :Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

Les Québécois seront d'abord appelés à se prononcer sur un site Internet, puis des rencontres virtuelles auront lieu dans chacune des régions. Les militants se donnent trois mois pour mener ces consultations. De son côté, Dominique Anglade espère mettre la touche finale à la charte d'ici la fin de l'année.

Le PLQ en mode préélectoral

Quelque 830 membres du PLQ se rassemblent aujourd'hui en mode virtuel pour faire le point sur ces consultations, mais également sur le calendrier préélectoral.

Les militants savent qu'il y a beaucoup à faire d'ici le prochain scrutin pour gonfler les rangs libéraux à l'Assemblée nationale : il faut mobiliser les membres et se mettre à la recherche de candidats qui leur permettront d'obtenir des votes, particulièrement en région.

Le financement est aussi à l'ordre du jour. Comme tous les partis politiques, la pandémie fait mal aux coffres du PLQ. Le parti a bien du rattrapage à faire pour se battre à armes égales avec la CAQ.

Selon les dernières données du Directeur général des élections du Québec (DGEQ), du 1er septembre au 31 décembre 2020, le PLQ a encaissé 2438 contributions totalisant 180 639 $, alors que la CAQ a reçu 5405 dons qui représentent une somme de 450 186 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !