•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harcèlements et abus au hockey junior : le rapport reste confidentiel pour le moment

Les patins et les bâtons de jeunes joueurs de hockey sur une patinoire.

Le comité indépendant a remis son rapport fin décembre 2020 à la Ligue canadienne de hockey sur les allégations d'harcèlements et d'abus envers les joueurs.

Photo : Getty Images / joci03

Nicolas Steinbach
François Le Blanc

Un rapport sur le harcèlement et l’intimidation au hockey junior majeur est maintenant entre les mains du président de la Ligue canadienne de hockey (LCH). Dan MacKenzie a confirmé à Radio-Canada avoir reçu le document, qui n'a pas encore été rendu public.

Le comité indépendant mené par l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Camille Thériault, a remis son rapport à la fin décembre.

Nous sommes dans le processus de révision et de déterminer les prochaines étapes, écrit M. MacKenzie dans une déclaration envoyée à Radio-Canada.

Gros plan de deux chandails de hockey

Le comité indépendant était mené par Camille Thériault.

Photo : La Presse canadienne / Peter Power

C'est un dossier important, mais nous devons aussi gérer les impacts de la pandémie et nous nous concentrons sur le retour au jeu sécuritaire de nos joueurs, du personnel et de la communauté de la LCH, ajoute Dan Mackenzie.

C'est difficile de mettre une date exacte, mais nous avons bon espoir de pouvoir répondre aux questions ce printemps, peut-on lire dans la déclaration par courriel du président de la LCH.

La Ligue canadienne de hockey avait mandaté trois commissaires indépendants le 23 juillet 2020 à la suite d’un recours collectif déposé par Daniel Carcillo et Taylor Garrett.

Les deux anciens joueurs disent avoir été victimes d’intimidations dans les vestiaires et d’initiations dégradantes.

Daniel Carcillo est concentré avant un match dans l'uniforme des Blackhawks de Chicago en 2014.

Daniel Carcillo dans l'uniforme des Blackhawks de Chicago en 2014

Photo : Getty Images / Ronald Martinez

Le recours collectif

Le recours collectif a été intenté le 19 juin par la firme de Toronto Koskie Minsky. Le cabinet d'avocats représentant Carcillo et Taylor indique alors que l'action est au nom des jeunes âgés de 15 à 17 ans qui ont été agressés sexuellement et physiquement, harcelés ou maltraités alors qu'ils étaient loin de la maison à jouer pour les équipes de la LCH.

En décembre 2020, des documents déposés sous serment en cour font état de témoignages de 14 joueurs qui ont subi des sévices sexuels, ont été fouettés, se sont fait cracher dessus. D’autres ont été enfermés complètement nus dans la salle de toilette d’un autobus.

Aucune des allégations n'a été prouvée devant les tribunaux.

J’espérais que de dévoiler un rapport comme celui-ci serait urgent.

Une citation de :James Sayce, avocat du recours collectif

L’avocat qui a préparé la demande de recours collectif, James Sayce, se dit surpris par la déclaration du président de la Ligue canadienne de hockey.

Étant donné le genre de fanfare qui a été déployée lorsque le rapport a été annoncé l'été dernier […] je serais plutôt surpris qu’il ne voie pas la lumière du jour. Le cas échéant, ça ne ferait qu’alimenter les suppositions, fait valoir James Sayce.

James Sayce représente les victimes présumées du recours collectif contre la Ligue canadienne de hockey.

James Sayce représente les victimes présumées du recours collectif contre la Ligue canadienne de hockey.

Photo : Radio-Canada

Bien que M. Sayce n'ait pas vu le rapport, il juge important qu’il soit rendu public dans son intégralité, ne serait-ce que par respect pour les joueurs et leurs familles.

Je pense que les parents veulent voir le rapport et ce que l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick y a écrit, ce que les témoins ont dit sur les pratiques et les procédures de protection [entourant les joueurs].

James Sayce ne veut pas faire d’hypothèses quant au contenu du rapport, mais il espère qu’il aura de l'impact.

Je pense que c’est très important pour notre pays. Et s’il y a des comportements systémiques qui se poursuivent encore en 2021, je pense qu’il serait dans l'intérêt supérieur de tous de régler ces problèmes. J’imagine que tout ce qu’on peut faire à partir de maintenant c’est d’attendre et de voir ce que la LCH fera.

La Ligue canadienne de hockey et ses équipes sont visées par un recours collectif concernant des abus présumés subis par des adolescents jouant dans ces ligues.

La Ligue canadienne de hockey et ses équipes sont visées par un recours collectif concernant des abus présumés subis par des adolescents jouant dans ces ligues.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Si le recours collectif est approuvé par les tribunaux, il pourrait représenter des milliers d’anciens joueurs de la Ligue canadienne de hockey, selon James Sayce.

Le comité indépendant d’examen

Le comité indépendant d'examen était composé de trois membres : l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Camille Thériault, de l'ex-entraîneuse de l'équipe canadienne de hockey féminin, Danièle Sauvageau, et de Sheldon Kennedy, qui a joué dans la LNH de 1989 à 1997.

Ce comité était chargé d'étudier les pratiques et les politiques sur les initiations et, dans un contexte plus large, le harcèlement, les abus, à l'intimidation et aux comportements inacceptables de ses joueurs.

Le président du comité indépendant d’examen, Camille Thériault, n’a pas voulu faire de commentaires étant donné les ententes de confidentialité signées avec la Ligue canadienne de hockey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !