•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Johnson & Johnson affirme que son vaccin est efficace à 66 %

Ces résultats de l'étude clinique de phase 3 n'ont pas encore été révisés par des pairs ni confirmés par des autorités réglementaires du monde, dont Santé Canada.

Des fioles et une seringue.

La pharmaceutique Johnson & Johnson affirme qu'elle sera en mesure de produire cette année un milliard de doses de son vaccin qui devrait être approuvé par les autorités américaines d'ici la fin mars, selon la direction.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Radio-Canada

La pharmaceutique américaine Johnson & Johnson affirme que son vaccin à une dose contre la COVID-19 est efficace à 66 % pour prévenir des formes modérées ou sévères de la COVID-19 dans la population en général.

Ces résultats de l'étude clinique de phase 3, dévoilés par voie de communiqué, n'ont pas encore été révisés par des pairs ni confirmés par des autorités réglementaires du monde, dont Santé Canada.

L'étude a été effectuée dans huit pays auprès d'environ 44 000 participants, dont environ la moitié ont reçu un placebo; 468 personnes ont finalement développé des symptômes de la COVID-19.

Johnson & Johnson dit avoir mesuré le niveau de protection contre des formes modérées ou sévères de la maladie chez les participants 28 jours après leur avoir administré l'unique dose du vaccin requise.

Selon elle, l'efficacité s'est ainsi établie à 72 % aux États-Unis, à 66 % en Amérique latine et seulement à 57 % en Afrique du Sud, aux prises avec un variant du coronavirus.

L'entreprise américaine soutient en outre que son vaccin s'est avéré efficace à 85 % dans toutes les régions pour prévenir les formes les plus graves de la maladie.

Elle affirme également que l'efficacité du vaccin commence à se vérifier 14 jours après l'inoculation, et qu'elle s'accroît avec le temps, puisqu'aucun participant vacciné n'a contracté une forme grave de la maladie après 49 jours.

Si ces résultats devaient être validés, le vaccin de Johnson & Johnson serait moins efficace que les deux actuellement autorisés au Canada, ceux de Pfizer-BioNTech et de Moderna.

Tous deux se sont révélés efficaces à environ 95 %, lors d'études cliniques de phase 3 qui ont cependant été réalisées principalement aux États-Unis, et avant que des variants du coronavirus ne fassent leur apparition.

Le candidat vaccin de Johnson & Johnson a toutefois l'avantage non négligeable d'être administré en une dose et de pouvoir être stocké dans de simples réfrigérateurs pendant trois mois.

Cela le rend donc beaucoup plus facile à transporter et à entreposer, ce qui pourrait en faire un candidat de choix, entre autres, dans des pays en voie de développement.

Johnson & Johnson prévoit demander une autorisation pour distribuer son vaccin d'urgence à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis dès la semaine prochaine.

Son candidat vaccin fait aussi l'objet d'une procédure d'évaluation accélérée de Santé Canada. Le ministère avait ainsi déjà commencé à étudier des données de la pharmaceutique avant même les résultats annoncés vendredi.

Le Canada a déjà conclu une entente avec la pharmaceutique américaine pour obtenir jusqu'à 38 millions de doses de son vaccin, advenant son approbation.

Les États-Unis en ont pour leur part commandé 100 millions de doses, avec des options d'achat pour 200 millions de doses supplémentaires.

Johnson & Johnson a déjà indiqué qu'elle prévoit fabriquer ses vaccins aux États-Unis, en Europe, en Afrique du Sud et en Inde, et en livrer un milliard de doses d'ici la fin de l'année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !