•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : faut-il renforcer le port du masque à l'école face aux variants?

Une élève portant un masque assise à un bureau.

Le masque est obligatoire pour les élèves dès la 1re année en Ontario depuis janvier, même en classe.

Photo : Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario

Un virologue ontarien affirme qu'il faut agir dès maintenant pour éviter une troisième vague.

Le nouveau variant britannique du coronavirus, qui est en circulation en Ontario, est plus contagieux et possiblement plus létal, note le Dr Hugues Loemba, chercheur-clinicien à l'Hôpital Montfort d'Ottawa.

Pour lui, l'arrivée de cette mutation et des variants sud-africain et brésilien change la donne.

Dans tous les pays où ces variants avaient été observés au départ, en général ça a pris environ 6 à 8 semaines pour que ces variants prennent le dessus sur la prévalence des autres souches du virus qui circulent dans cette région ou ce pays. C'est ce que nous devons à tout prix éviter ou plutôt tout faire pour ralentir cette propagation.

Une citation de :Hugues Loemba, virologue

C'est pourquoi, afin d'éviter une troisième vague, nous ne devons pas juste nous contenter des mesures actuelles, mais plutôt augmenter d’un cran toutes les consignes sanitaires, y compris les mesures barrières, dit-il.

Pour lui, les écoles sont l'un des endroits où les consignes sanitaires devraient être renforcées.

Avec la venue de ces variants, le port des masques devrait être obligatoire à l’école, y compris dans la cour.

Une citation de :Hugues Loemba, clinicien à l'Hôpital Montfort
Le Dr Hugues Loemba lors d'une entrevue Skype.

Le Dr Hugues Loemba, virologue et chercheur à l'Hôpital Montfort et professeur agrégé de médecine à l'Université d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Tout comme le directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, il recommande de doubler les masques si on ne dispose pas d'un couvre-visage à trois épaisseurs.

Selon lui, pour s'assurer que tous les élèves portent un masque adéquat, le gouvernement ontarien devrait leur fournir gratuitement deux masques chirurgicaux chaque jour. Le prix à payer pour ces masques ne vaut pas le coût de fermer certaines classes à cause des éclosions à Covid-19 qui peuvent survenir, dit-il.

En Ontario, ce ne sont pas toutes les écoles qui sont rouvertes depuis la fin du congé des Fêtes. Le retour en classe a eu lieu dans le Nord de la province et dans 7 régions du Sud, alors que les écoles doivent rouvrir lundi à Ottawa et dans la région de London, notamment. Toutefois, les écoles doivent rester fermer au moins jusqu'au 10 février dans les zones chaudes de Toronto, Hamilton, Peel, York et Windsor-Essex.

La réponse des gouvernements

Depuis janvier, le masque est obligatoire pour les élèves en Ontario, même en classe, dès la 1re année, alors que c'était à partir de la 4e année à la rentrée. Par ailleurs, le ministère de l'Éducation exige le couvre-visage à la récréation à l'extérieur, si une distance de 2 m ne peut être respectée.

Toutefois, le Ministère n'a pas renforcé ses consignes à la lumière des nouveaux variants.

Nous allons continuer à suivre les conseils du médecin hygiéniste en chef et d'autres experts médicaux chevronnés en santé et sécurité pour protéger les élèves et le personnel partout dans la province, alors que les écoles rouvrent.

Une citation de :Caitlin Clark, porte-parole du ministre de l'Éducation Stephen Lecce

Les experts du Groupe pour le consensus en matière de modélisation et de conseils scientifiques, qui conseillent le gouvernement Ford, affirmaient dans un rapport jeudi que le variant britannique (B117) pourrait devenir la souche dominante dans la province en mars, mais que les restrictions et les précautions sanitaires déjà en place semblent efficaces à leur avis pour limiter la propagation de cette mutation.

Le Groupe projette que les cas de COVID-19 devraient continuer à diminuer en Ontario, même avec la réouverture des écoles, mais que le contrôle des infections y sera « crucial ».

De son côté, l'Agence de la santé publique du Canada ne recommande pas pour l'instant de porter deux masques à la fois si on ne dispose pas d'un masque à trois épaisseurs.

L'Agence affirme que le contexte aux États-Unis diffère de celui du Canada. Depuis l’automne 2020, on recommande l’ajout d’un filtre, pour un total de trois couches, afin d’améliorer le degré de protection, indique le porte-parole André Gagnon.

Des écoles prennent l'initiative

Les conseils scolaires en Ontario disent suivre les lignes directrices des autorités sur les mesures sanitaires à mettre en place à l'école.

Ainsi, le plus gros conseil au pays, le Toronto District School Board (TDSB), indique que si la santé publique et le ministère de l'Éducation recommandent des changements, le Conseil y adhérera.

Pour sa part, le Conseil public du Grand Nord de l'Ontario surpasse les exigences du Ministère et a rendu le masque obligatoire même pour les élèves de la maternelle-jardin dans ses écoles.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), lui, offre des visières aux élèves de l'élémentaire qui voudraient en porter une, en plus des masques médicaux disponibles au besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !