•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confinement : qu’est-ce qu’on peut faire quand on ne peut rien faire?

Un arc-en-ciel fait par un enfant collé sur une porte.

Les règles sanitaires encadrant les visites à domicile sont changeantes depuis plus de dix mois au Québec, et beaucoup se sentent perdus.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les décrets se suivent et ne se ressemblent pas, du moins pas tout à fait. Vous êtes encore nombreux à nous écrire pour signifier votre confusion devant les règles – parfois changeantes – concernant les bulles familiales, le couvre-feu... et toutes les exceptions qu’elles comportent. Et si on se penchait sur ce que vous avez le droit de faire?


Les conjoints ne vivant pas à la même adresse peuvent se voir, même pendant le couvre-feu.

Lorsque Québec a imposé un couvre-feu, de nombreux couples ont cru comprendre qu’ils ne pourraient plus passer la nuit chez l’un ou chez l’autre. En réalité, le couvre-feu stipule que vous ne devez pas vous déplacer entre 20 h et 5 h, mais il ne vous oblige en aucun cas à vous trouver dans votre propre domicile pendant cette période.

Les conjoints qui ne demeurent pas à la même adresse ont tout à fait le droit de passer la nuit ensemble. Ils doivent prévoir leurs déplacements hors des heures du couvre-feu. Dans le cas des familles monoparentales ou reconstituées, sachez simplement que vos enfants ne peuvent être présents lors de ces visites.


Les personnes seules peuvent recevoir la visite de quelqu’un.

Cet automne, le gouvernement a reconnu que le confinement était particulièrement difficile pour la santé mentale des personnes qui vivent seules. C’est pourquoi il a inclus une exception à l’interdiction des visites à domicile afin de leur permettre de recevoir une personne chez elles. Cette personne doit être la même tout au long du confinement.

Ensuite, pendant Noël, on a permis aux personnes seules de se greffer à une bulle familiale. Or, cette exception n’a été valide que pour le temps des Fêtes. Présentement, les personnes seules peuvent recevoir quelqu’un à la maison, mais pas se rendre dans un domicile où habitent plusieurs personnes.

Par exemple, si vous demeurez seul et que vous voulez aller jouer aux cartes chez un ami, vous le pouvez – à condition que cette personne demeure seule aussi. Si ce n’est pas le cas, votre ami peut venir chez vous, mais pas l’inverse. Et, évidemment, il faut respecter le couvre-feu...


Les grands-parents peuvent donner un coup de main aux parents avec les tout-petits… mais c'est risqué.

Ce n’est pas formellement interdit pour une personne de 65 ans et plus de voir ses petits-enfants. Par exemple, si votre fils ou votre fille est monoparental(e) et doit travailler en soirée, vous pouvez aller chercher les enfants à l’école et veiller sur eux si personne d'autre ne peut le faire.

Il faut cependant savoir que les 65 ans et plus sont surreprésentés dans les tristes statistiques entourant la COVID-19 : ils comptent pour 80 % des hospitalisations et 95 % des décès. Donc, si vous avez 65 ans et plus, voir vos petits-enfants d’âge scolaire vous met particulièrement à risque, surtout sachant que c’est dans les écoles qu’ont lieu la majorité des éclosions, après les milieux de travail.

Si vous avez d'autres questions, écrivez-nous à temoin@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !