•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Grande Alliance des Cris : lancement du premier appel de propositions de projets

Les deux hommes sont assis et tiennent un stylo dans leur main.

Le 17 février 2020, le grand chef du Grand Conseil des Cris, Abel Bosum, et le premier ministre François Legault ont signé le protocole d'entente sur le développement économique à long terme de la région d’Eeyou Istchee Baie-James.

Photo : CBC News / Susan Bell

Sarah Laou

La Société de développement crie, un organisme dédié au développement économique et communautaire de l'Eeyou Istchee, procède à l’ouverture du processus d’appel de propositions pour des projets de développement d'infrastructure.

« Lancer ce premier processus était l'une des priorités, car [cela fait] presque un an depuis la signature de l'entente. Même si nous sommes [en contexte de] pandémie, nous avons pu finaliser les devis en septembre dernier et ils ont pu être approuvés par Québec. Nous sommes maintenant prêts à recevoir les propositions d'entreprises du Québec. »

— Une citation de  Davey Bobbish, président de la Société de développement crie (SDC)

Cette première étape constitue un jalon important dans la mise en œuvre du plan de la Grande Alliance depuis la signature du protocole d’entente par le premier ministre François Legault et le grand chef du Grand Conseil des Cris, Abel Bosum, le 17 février 2020.

Ce plan de développement économique à long terme de la région d’Eeyou Istchee Baie-James est évalué à 4,7 milliards de dollars et doit s'échelonner sur une durée de trente ans.

Il prévoit notamment le prolongement du réseau ferroviaire d’environ 700 kilomètres, la construction de centaines de kilomètres de nouvelles routes et de lignes électriques, la création d’un port en eau profonde, l’électrification de certains projets industriels, la formation d'une main-d'œuvre locale et la création d'un réseau d’aires protégées.

Infrastructure : la première phase

À moyen terme, le programme d'infrastructure prévoit la mise à niveau des principales infrastructures de transport sur le territoire, y compris l'installation d'un corridor ferroviaire longeant, autant que possible, la route Billy-Diamond jusqu'à Whapmagoostui, où un port en eau profonde fera l'objet d'un examen lors de la troisième et dernière phase.

La première phase du programme d'infrastructure comprend une étude de faisabilité de la mise à niveau des routes d'accès de la route Billy-Diamond aux communautés cries de Waskaganish, d'Eastmain et de Wemindji; la mise à niveau de la route d'accès de la route du Nord à la communauté crie de Nemaska; une voie ferrée longeant, autant que possible, la route Billy-Diamond à partir de la ville de Matagami jusqu'au km 257; un retour en service de la ligne de chemin de fer de Grevet (Lebel-sur-Quévillon) à Chapais; et des aires de transbordement le long des corridors ferroviaires de la route Billy-Diamond et du tronçon Grevet-Chapais.

Une feuille de route pour le développement de l'infrastructure d'une manière qui cadre avec l'objectif de mettre de côté autant d'aires protégées que possible tout en concentrant les impacts des projets industriels le long de corridors qui auront été déterminés par la voie de l'engagement communautaire.

Les entreprises intéressées ont jusqu'au 26 février pour proposer leurs projets. À la suite de l'évaluation des propositions, une étude de faisabilité devrait commencer dès le 1er avril, pour se terminer dans les douze mois qui suivent.

Prioriser la consultation

Selon Davey Bobbish, plusieurs consultations doivent encore ponctuer le processus ces prochains mois.

« Pour le moment, c'est vraiment une vision que l'on veut définir. On veut prendre le temps d'expliquer aux gens, de discuter et de se mettre d'accord. On se parle et on développe le territoire ensuite. »

— Une citation de  Davey Bobbish, président de la SDC

Lors de la signature de l'entente, certains membres de la communauté avaient dénoncé la conclusion de ce plan de développement et le manque de consultation auprès de la communauté par les dirigeants cris.

Malheureusement, avec la COVID-19, plusieurs réunions de consultation ont dû être annulées en 2020, explique Davey Bobbish. Et [c'est pour cette raison que] des personnes n'étaient pas contentes.

Mais le président de la SDC assure que plusieurs séances d'information seront mises en œuvre dans les prochains mois, et ce, auprès des 9 communautés cries Eeyou Istchee. En novembre dernier, le Grand Conseil des Cris avait également promis que de nombreuses réunions et de nombreuses discussions auraient lieu avant qu'un projet réel ne soit identifié. La Grande Alliance ne peut exister sans un réseau d'aires protégées sélectionnées par la communauté, avait notamment affirmé le Conseil.

La création d'un réseau d'agents d'information communautaire de la Grande Alliance (AICGA) devrait ainsi faciliter ce processus afin d'aider à la coordination de tous les travaux liés à l'étude, selon M. Bobbish. Ces derniers joueront un rôle clé tout au long du processus d'étude de faisabilité.

« Ces agents de liaison vont s'engager dans le projet de développement et vont permettre d'informer la population. Elles joueront un rôle de médiation et travailleront avec le conseil de bande. »

— Une citation de  Davey Bobbish

L'une des discussions majeures devrait notamment porter sur la construction du chemin de fer, croit le président de la SDC.

Les entreprises intéressées à participer à une séance d'information le 29 janvier à 13 h 30 au sujet de l'appel de propositions sont invitées à communiquer par courriel avec la SDC à l'adresse suivante : cdc@cngov.ca

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !