•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Son entreprise de minisurfaceuses glisse vers le succès

Chris Yenna se tient debout à côté de sa minisurfaceuse au milieu d'une patinoire extérieure.

Chris Yenna a créé sa minisurfaceuse il y a quatre ans et depuis, il développe sa bonne idée en entreprise.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

La minisurfaceuse électrique que le Calgarien Chris Yenna a inventée il y a un peu plus de quatre ans rencontre de plus en plus de succès au-delà des frontières de la métropole albertaine.

C’est comme conduire une tondeuse, mais sur la glace. En une phrase, M. Yenna a expliqué toute la simplicité, mais aussi l'ingéniosité de son invention : une surfaceuse assez compacte pour se conduire sur les plus petites patinoires et simple d’utilisation.

« C’est aussi simple que de s'asseoir et de démarrer. »

— Une citation de  Chris Yenna, fondateur de Porta Ice

L’idée de cette machine lui est venue il y a un peu plus de quatre ans pour occuper ses hivers, périodes creuses pour sa compagnie d’entretien de pelouse. Ce spécialiste de la glace faisait du bénévolat auprès des patinoires communautaires de la métropole albertaine.

Succès immédiat

Assemblée dans son garage, la minisurfaceuse électrique a tout de suite marqué les esprits.

Gros plan sur l'arrière de la minisurfaceuse qui est en train de noyer la patinoire.

Tout comme une surfaceuse grand modèle, la « porta ice » gratte la surface de la glace et réapplique une couche d'eau.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Armé de son invention, Chris Yenna a refait la glace d’événements sportifs amateurs importants comme le tournoi de pond hockey de l’Ouest canadien. Une couverture médiatique locale a ensuite décuplé le bouche-à-oreille.

À partir de là, mon téléphone ne s’est pas arrêté de sonner, les courriels arrivaient de tous les côtés et depuis, cela ne s’est pas arrêté, raconte le Calgarien d’adoption.

Face au succès, Chris Yenna s’est concentré sur la production industrielle de son invention. Il assure encore seul l’entretien des patinoires à Calgary, mais exporte aussi son concept à l’extérieur.

Chaque année, l’entreprise grossit. [...] Nous avons vendu 15 unités en 2 ans et nous en avons 3 en cours de production en ce moment même. Nous sommes presque à commencer une liste d’attente, s’enthousiasme M. Yenna.

De la passion à la carrière

En plus des patinoires communautaires qui ont été son premier fonds de commerce, Chris Yenna reçoit de plus en plus d’intérêt des centres de formation de patinage et de hockey.

Sa machine est aussi assez légère pour lisser les patinoires naturelles comme les lacs.

Chris Yenna surface une patinoire extérieure au moyen de sa minisurfaceuse.

Chris Yenna envoie ses surfaceuses un peu partout au pays et aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Cette popularité croissante de son entreprise Porta Ice lui permet d’occuper aussi ses étés. Depuis deux ans, l'assemblage de minisurfaceuses est devenue un emploi à temps plein. 

« C’est un passe-temps qui est devenu un emploi et une carrière. C’est vraiment un rêve devenu réalité. »

— Une citation de  Chris Yenna, fondateur de Porta Ice

La pandémie n’a pas ralenti à ses objectifs de croissance, bien au contraire.

Selon Landen Field qui s’occupe de la patinoire extérieure du quartier Cedarbrae dans le sud-ouest de Calgary, la glace n’a jamais été aussi occupée que cette année.

Cette année est complètement folle. Il y a des enfants partout, raconte M. Field.

Un homme fait voler la glace en freinant sur une patinoire extérieure.

Les bénévoles de la communauté de Cedarbrae à Calgary ont déjà travaillé 450 heures pour parfaire la patinoire extérieure de leur quartier.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

La glace, une passion canadienne

Ce bénévole passe toutes ses soirées, de 20 h à 1 h, à s’occuper de la patinoire extérieure, mais l’association communautaire emploie aussi la minisurfaceuse de Chris Yenna régulièrement.

Nous faisons ce que nous pouvons comme bénévole, mais tout ce que nous avons, c’est un tuyau d’arrosage, des pelles et des balais. Avoir Chris ici nous permet d’avoir une belle couche de glace et il n’y a rien de mieux, explique M. Field.

« La rondelle glisse merveilleusement et les enfants patinent sans accrocs. Pas de blessure aux genoux ni aux chevilles. »

— Une citation de  Landen Field, bénévole communautaire

Et c’est peut-être là que réside tout le secret du succès de la minisurfaceuse : l’amour incommensurable des Canadiens pour leur patinoire.

L’idée de Chris Yenna rencontre des concurrents, parfois sérieux, parfois un peu plus loufoques. Le Calgarien est toutefois assez confiant dans son concept pour continuer l’expansion de son entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !