•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 chefs d'accusation contre le suspect de l'agression à l'arme blanche d'Ottawa

Des voitures de police de nuit.

Quatre personnes ont été transportées à l'Hôpital d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Radio-Canada

La police d'Ottawa a déposé 12 chefs d'accusation contre un homme de 33 ans à la suite de l'attaque à l'arme blanche survenue mercredi soir.

Quatre personnes ont été blessées lors de l'attaque à l’arme blanche mercredi soir devant l'édifice du marché By et à son rez-de-chaussée, au centre-ville d’Ottawa. En fin de soirée, les policiers ont arrêté une personne à la suite d'un important déploiement.

David Breau, sans domicile fixe, fait face à quatre chefs d'accusation pour voies de fait graves, à quatre autres pour agression armée, à un chef d'accusation pour possession d'une arme dans le but de commettre un crime, à deux de plus pour non-respect des conditions de probation ainsi qu'à un chef d'accusation pour ne pas s'être conformé à une ordonnance de mise en liberté.

M. Breau a comparu par téléphone lors de son audience jeudi après-midi.

L'accusé a semblé désorienté et agité. Le juge lui a demandé à plusieurs reprises de cesser de lui couper la parole. M. Breau a indiqué qu'il se sentait dans un film, que tout cela semblait irréel. Il n'a pas souhaité faire appel à un avocat pour l'instant. 

Les événements sont survenus au Centre Booth de l’Armée du Salut, un refuge situé sur la rue George, à Ottawa. L'endroit offre aussi du dépannage alimentaire et des services sociaux.

Les ambulanciers affirment qu'ils ont transporté quatre personnes, trois hommes et une femme, à l'hôpital. Les blessés ont été dirigés vers le centre de traumatologie du Campus civic de l'Hôpital d'Ottawa, selon une porte-parole de cet établissement de santé.

L'agente Amy Gagnon, du Service de police d'Ottawa (SPO), a indiqué en entrevue jeudi qu'on ne craint pas pour la vie des blessés. Elle confirme que deux personnes ont subi des blessures sérieuses, mais qu'elles sont maintenant dans un état stable. Les deux autres victimes ont subi des blessures moins sérieuses, précise l'agente Gagnon.

Des policiers et une voiture de police devant l'Armée du Salut à Ottawa.

Un périmètre de sécurité a été mis en place.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

L'âge des personnes n'a pas été précisé. Selon Amy Gagnon, il s'agirait d'employés de l'Armée du Salut et de personnes qui bénéficiaient de ses services.

Glenn van Gulik, porte-parole de la division Ontario de l'Armée du Salut, qui héberge et offre des repas aux sans-abri, notamment, a précisé dans un courriel adressé à Radio-Canada que les agents du SPO ont été appelés vers 21 h 15 pour un incident devant leurs locaux au 171, rue George.

Notre équipe aide activement le Service de police d'Ottawa, a-t-il ajouté.

Nos pensées et nos prières accompagnent toutes les personnes impliquées.

Glenn van Gulik, porte-parole de la division Ontario de l'Armée du Salut

Une dizaine de voitures de police et au moins trois ambulances ainsi qu'un camion de pompiers sont intervenus.

Le Service de police d'Ottawa a annoncé vers 23 h mercredi avoir arrêté un suspect et ne pas chercher d'autres suspects dans cette affaire.

Résidents du quartier, Damon Gauthier et sa conjointe, Alex, ont vu huit voitures de police en face l'Armée du Salut.

La police vient souvent dans le quartier, mais pas autant que ce soir, où il y a un périmètre de sécurité et beaucoup de sécurité, constate M. Gauthier.

Nous sommes arrivés au coin de la rue et nous nous sommes demandé : "Mais que se passe-t-il?" a renchéri sa conjointe.

Nicholas Campbell fréquente régulièrement l'Armée du Salut depuis le mois de mai.

C’est rare que quelque chose d’aussi violent survienne, a-t-il confié en entrevue à Radio-Canada.

J’ai parlé à quelques personnes que je connais et j’ai vu une des victimes que je connais personnellement. Ça ressemble à une attaque faite au hasard, je ne sais pas quel était le mobile de l'agresseur, a-t-il avancé.

Selon le SPO, une enquête criminelle est en cours. Un périmètre de sécurité a été mis en place. Les enquêteurs ont quitté les lieux tôt jeudi matin.

Une situation qui inquiète

En entrevue à Radio-Canada, Mathieu Fleury, le conseiller municipal du quartier où est survenu l’incident, parle d’une situation inquiétante.

La concentration de refuges se trouve dans ma communauté et ces dernières années, les enjeux, les tensions au niveau de la santé mentale et de toxicomanie, et en plus cette année, on y ajoute la COVID-19, ça ajoute énormément de défis pour ces emplacements-là, soutient M. Fleury.

Le conseiller d'Ottawa Mathieu Fleury accorde une entrevue par vidéoconférence.

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, exige des investissements importants en logements abordables, mais aussi en soutien aux plus démunis.

Photo : Radio-Canada

Ça fait 10 ans que je suis inquiet, poursuit le conseiller.

Ce sont des modèles qui sont datés, tant et aussi longtemps qu'on n’investit pas de façon réelle dans des milliers de logements. On a 2000 personnes à Ottawa qui se retrouvent dans des refuges. On se retrouve dans des situations où on a des modèles qui ne fonctionnent plus, qui sont dangereux, qui mettent les clients, les bénévoles, les employés et la communauté dans des situations très critiques et vulnérables.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka et Jérémie Bergeron

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.