•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Complot d'enlèvement contre la gouverneure du Michigan : un homme plaide coupable

La gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer.

La gouverneure démocrate du Michigan, Gretchen Whitmer

Photo : Associated Press

Radio-Canada

L'un des 14 hommes accusés d'être impliqués dans un complot d'enlèvement contre la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, a plaidé coupable devant un tribunal fédéral, mercredi.

L'inculpation de Ty Garbin découlait d'une enquête révélée en octobre dernier. Les autorités avaient alors indiqué avoir déjoué un complot ourdi par des miliciens de droite opposés à des mesures de confinement que la gouverneure avait mises en place pour lutter contre la pandémie.

Les procureurs fédéraux avaient inculpé six individus, et leurs homologues du Michigan avaient en outre inculpé huit autres hommes pour terrorisme intérieur. Ces derniers sont accusés d'avoir aidé les six autres.

La plupart ont été identifiés comme faisant partie d'une milice antigouvernementale appelée Wolverine Watchmen.

En vertu de l'entente conclue avec les procureurs, Ty Garbin doit collaborer avec les enquêteurs contre les cinq autres individus accusés au fédéral, qui ont pour leur part tous plaidé non coupables.

Dans son plaidoyer, l'homme de 25 ans a reconnu que le groupe avait discuté d'un stratagème visant à enlever l'élue démocrate dans sa résidence secondaire et à détruire un pont pour ralentir la police.

En septembre, a-t-il écrit, lui et ses cinq complices se sont entraînés sur sa propriété, près de Luther, au Michigan, et ont construit une maison ressemblant à la maison de vacances de la gouverneure Whitmer. Ils ont en outre visité la région d'Antrim, où se trouve la résidence de Mme Whitmer, pour étudier les lieux.

Il a admis avoir lui-même préconisé d'attendre après les élections fédérales de novembre pour aller de l'avant avec le projet parce que les conspirateurs s'attendaient à des troubles civils généralisés qui faciliteraient leur action.

En échange de sa reconnaissance de culpabilité, les procureurs ont accepté de recommander une sentence moins sévère que la peine maximale qu'il encourait. Il était passible d'une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Le procès des cinq autres individus accusés au fédéral doit débuter en mars.

Lorsque les autorités avaient révélé le projet d'enlèvement, la gouverneure Whitmer avait critiqué Donald Trump pour son refus de condamner les suprémacistes blancs. Quelques jours plus tôt, il avait appelé le groupe des Proud Boys à « reculer et à se tenir prêt ».

Plus tôt en 2020, il avait jugé les mesures de confinement au Michigan trop strictes, prenant même le parti de manifestants qui exigeaient l'assouplissement des restrictions, dont certains, armés, avaient fait irruption dans le Capitole de l'État.

Donald Trump avait lui-même appelé à la libération du Michigan.

Avec les informations de Associated Press, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !