•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux policiers d’Abitibi-Ouest devant le comité de déontologie policière

4f3ce076850f45de8c9535554a95790c

Deux policiers d'Abitibi-Ouest devront comparaître devant le comité de déontologie policière. (archives)

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Deux policiers d’Abitibi-Ouest devront comparaître devant le comité de déontologie policière en lien avec le décès de Jonathan Belley, survenu à La Sarre le 20 août 2017.

À la suite d’une poursuite policière, Jonathan Belley avait été abattu par les policiers alors qu’il fonçait vers eux avec un couteau.

Le commissaire a déjà rejeté une partie de la plainte contre eux de la part de la mère de Jonathan Belley, qui mentionnait que les policiers auraient utilisé une force excessive dans les circonstances.

Il en arrive à la conclusion que les policiers étaient justifiés dans leur décision d’ouvrir le feu, puisque leur vie était potentiellement en danger.

Le commissaire a tout de même convoqué les deux policiers à comparaître devant le comité de déontologie policière concernant la poursuite ayant mené aux événements.

Dans la citation à comparaître, on y mentionne qu’ils n’auraient pas usé de prudence et de discernement dans le cadre d’une poursuite policière et ainsi dérogé au Code de déontologie des policiers du Québec.

Parmi les actes dérogatoires qui leur sont reprochés, on y retrouve d’avoir maintenu leur implication dans la poursuite policière alors qu’il aurait été opportun d’y mettre fin, eu égard aux circonstances, compte tenu de l’information connue des intimés au moment de la poursuite.

Jonathan Belley

Jonathan Belley (archives)

Photo : Facebook : Jonathan Belley

Des points de vitesse de 140 kilomètres à l’heure auraient été observés lors de cette poursuite qui a eu lieu dans les rues de la ville de La Sarre.

Selon la citation à comparaître, l’un des policiers aurait aussi dérogé à son code de déontologie en maintenant la poursuite policière alors qu’une autre agente impliquée dans ladite poursuite lui demandait de cesser la poursuite.

On peut lire qu’il n’aurait pas respecté l’autorité de la Loi en atteignant, dans le cadre d’une poursuite policière, une vitesse susceptible de mettre en péril la vie ou la sécurité des personnes ou la propriété.

Les deux policiers devraient comparaître devant le comité au cours des prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !