•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’USB satisfaite des inscriptions d’étudiants étrangers cette année

Un panneau sur lequel il est écrit Université de Saint-Boniface devant l'édifice.

La pandémie a ralenti les inscriptions des étudiants étrangers en accentuant les défis pour l'obtention des permis d'études.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada

L'Université de Saint-Boniface accueille environ 80 étudiants étrangers dans une année normale. Si la pandémie a bousculé les inscriptions des étudiants venus de l'international, l'université s'en tire tout de même pas trop mal.

Les inscriptions à la session d’hiver vont relativement bien si on tient compte du contexte sanitaire, souligne le directeur du recrutement et des services aux étudiants et étudiantes à l'USB, Christian Perron.

Normalement, pour la session d'hiver, nous avons de 25 à 30 nouveaux étudiants étrangers. Malgré la pandémie, on a quand même réussi à avoir une vingtaine d’inscriptions. Je vois ça comme une réussite exceptionnelle.

De ce nombre, deux sont toujours dans leur pays et pourraient suivre des cours à distance.

Christian Perron sourit à la caméra. L’image est en noir et blanc.

« Ça dépasse déjà nos attentes », affirme le directeur du recrutement et des services aux étudiants et étudiantes à l'USB, Christian Perron.

Photo : Site Internet de l'Université de Saint-Boniface (USB)

Une année académique chamboulée

La session d’automne à l’USB a été moins florissante en raison de la pandémie. Durant cette session, 10 étudiants étrangers ont été admis à l'USB, alors qu'il y en a plus de 50 en temps normal pour l’automne.

Christian Perron rappelle les défis auxquels font face les étudiants étrangers en période de pandémie. Les étudiants ont plus de difficultés à recevoir des permis d’études en raison des restrictions aux ambassades et des déplacements, explique-t-il.

Pour la population internationale, c'est un défi supplémentaire à cause du nombre d'imprévus. C’était difficile de prédire vraiment le nombre d'inscriptions qu’on pourrait avoir, ajoute M. Perron.

Christian Perron affirme que la situation à court terme n'est pas préoccupante pour l'université.

« On s'était préparé pour aucune nouvelle inscription de l’international. Donc, en fin de compte, le fait que nous en avons eu 10 à l’autonome et 20 cet hiver, ça dépasse déjà nos attentes », souligne-t-il.

Pour la prochaine rentrée, l'USB devra encore déterminer si les cours auront lieu en présentiel ou à distance. Cette question, conclut Christian Perron, n’est pas encore tranchée.

Avec les informations d’Abdoulaye Cissoko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !