•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison des impôts hors du commun pour les Canadiens

Une femme remplit une déclaration de revenus.

La saison des impôts qui s'amorce est différente pour bon nombre de Canadiens en raison de la pandémie.

Photo : iStock

La pandémie a forcé les gouvernements des provinces et le gouvernement fédéral à déployer des mesures d’aide pour les entreprises et les particuliers, mais avec la saison des impôts qui approche, la déclaration de revenus des citoyens s’en trouve affectée.

Entre la PCU, la Prestation canadienne de la relance économique et les subventions salariales, les entrepreneurs et les citoyens ont eu droit à un cocktail auparavant jamais vu de mesures d’aide économique.

Mais ces mesures d’aide n’ont jamais été prévues pour être simplement distribuées sans aucun effet sur la situation fiscale des citoyens et des entreprises.

Pour les citoyens, l’Agence du revenu du Canada (ARC) identifie cinq prestations qui ont été distribuées et qui doivent être inscrites comme des revenus imposables sur leur déclaration de revenus pour 2020.

Les cinq prestations qui doivent être considérées comme des revenus imposables :

  • La Prestation canadienne d'urgence (PCU)
  • La Prestation canadienne d'urgence pour les étudiants (PCUE)
  • La Prestation canadienne de la relance économique (PCRE)
  • La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE)
  • La Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants (PCREPA)

Dans le cas de la PCU et de la PCUE, l’ARC indique que les versements ont été faits sans prélèvements pour les impôts, ce qui signifie qu’il est possible que les bénéficiaires aient besoin d'en rembourser une partie.

Pour la PCRE, la PCMRE ou la PCREPA, une retenue de 10 % a déjà été appliquée, mais l’ARC indique que ce montant pourrait ne pas correspondre au montant final qui devrait être retenu sur la déclaration de revenus.

L’ARC recommande de consulter son portail en ligne pour vérifier si tous les montants de subvention accordés concordent avec la documentation reçue.

Pas une saison des impôts simple pour les particuliers

Selon le courtier en sécurité financière de Toronto Rajiv Bissessur, la saison des impôts sera plus compliquée qu'en temps normal pour plusieurs personnes.

Il y a eu des situations où des gens ont perdu leur emploi l'année dernière et où ils ont travaillé moins de mois de l'année, et entre-temps, il y a eu l'aide des gouvernements avec des prestations, donc les gens, au lieu d'avoir peut-être un document de revenus de l'employeur pour l'impôt, il va y avoir d'autres documents à consulter.

Rajiv Bissessur, courtier en sécurité financière

En plus des nombreuses aides du gouvernement fédéral, M. Bissessur rappelle également que l’Ontario a lui aussi offert des programmes d’aide et que ceux-ci vont fort probablement se retrouver dans la colonne des revenus imposables.

Il prend comme exemple la prestation de soutien pour les apprenants, une mesure du gouvernement ontarien pour aider les familles qui ont des enfants d’âge scolaire à la maison.

Une mère aide ses enfants à faire des devoirs.

Les parents d'enfants d'âge scolaire peuvent réclamer la prestation de soutien pour les apprenants.

Photo : Getty Images / Imgorthand

Cette subvention permet d’obtenir jusqu’à 200 $ par enfant.

Il ajoute qu’il est important de s’y prendre à l’avance et d’être au courant des dates limites pour la production des déclarations fiscales.

Du côté des salariés, cette date est le 30 avril 2021, alors que pour les travailleurs indépendants, on parle plutôt du 15 juin.

Pas beaucoup d’effets anticipés pour certains entrepreneurs

Du côté des entreprises, l’effet des programmes d’aide pour les commerces sur leur déclaration varie selon les besoins de soutien pendant la pandémie.

Richard Lafleur, propriétaire du centre de villégiature et spa Cedar Meadows, à Timmins, affirme que sa déclaration de revenus ne devrait pas être plus difficile à faire cette année en raison des difficultés de son industrie.

Pour payer des impôts, il faut faire des revenus. On est à 80 % de pertes de revenus par rapport à l'année dernière, déplore-t-il.

Il affirme que la subvention salariale du gouvernement fédéral, qui a couvert une partie des salaires des employés au cours de l'année, ne devrait pas rendre sa déclaration de revenus plus compliquée pour son entreprise.

La Subvention salariale d’urgence du Canada a permis aux employeurs de se voir subventionnés jusqu’à 75 % du salaire de leurs employés au plus fort de la pandémie.

Pour une autre entreprise du Nord de l’Ontario, le magasin d’électronique Audio Vidéo + Home Furnishings de Nipissing Ouest, la pandémie n’aura eu aucun effet sur sa déclaration de revenus de 2020.

Selon sa propriétaire, Joanne Vallières, en tant que commerce qui a pu poursuivre ses ventes pendant la pandémie, Audio Vidéo + Home Furnishings n’a pas eu à demander de subvention au gouvernement fédéral pour continuer à fonctionner.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !